Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)

Publié le par Kevin

Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)

Il y a une chose qui me surprend extrêmement souvent quand je lis les critiques de cinéma ou que j’écoute les opinions des gens sur les films, c’est l’absence de la notion d’ambiguïté ou d’interprétation. Je viens de voir « Seul sur Mars » que j’ai trouvé fort ambigüe. Je me suis alors jeté sur les critiques presses sur Allociné pour découvrir qu’aucun résumé ne souligne le fait que le film peut très clairement être perçu de deux manières différentes. Dans le désarroi, je me suis tourné vers le fossoyeur et ses « après-séances » mais non, rien à ce sujet.

Si l’on regarde les critiques des meilleures aux plus mauvaises, on peut en extraire plusieurs éléments :

« L’humour et l’optimisme sans faille du personnage principal accouchent d’un récit divertissant et passionnant qui réussit à distiller aux moments propices le suspense autant que l’émotion. »

« "Seul sur Mars" est un film d'aventures fort réussi, souvent drôle, sans pathos »

« décors grandioses, 3D, humour noir, autodérision d'un Matt Damon plus charmeur que jamais. »

« Si un petit supplément d’âme et d’empathie aurait été salutaire pour en faire un grand Ridley Scott, ce film reste malgré tout… un grand spectacle. »

« Mais cette légèreté a son revers : sans tension ni danger, les émotions peinent à exister. »

« Très abouti dans la forme, détaillé sur le plan scientifique, le film manque cruellement de substance et poursuit jusqu'à une fin sans surprise un cheminement pépère dénué de suspense. »

« Ne craignant jamais pour la survie du héros ni pour sa raison, le spectateur a tôt fait de considérer que la mayonnaise ne prend pas. »

Toutes ces critiques, positives ou négatives, gravitent autour de l’optimisme du personnage de Matt Damon. Soit il est drôle et rafraichissant et nous évite agréablement de sombrer dans le pathos, soit il empêche le spectateur de craindre pour sa vie et de ressentir de l’émotion par empathie.

Je trouve ce fait assez effrayant car pour moi, il souligne que les critiques actuels ne savent pas observer un film au-delà de sa fonction de divertissement. Quelqu’un pourrait-il imaginer que l’humour de Matt Damon est un trait profond et significatif de son personnage et pas une faiblesse d’écriture qui empêche l’empathie ou un atout du film qui véhicule un sentiment d’optimisme ? Soit l'enthousiasme de Mark m'est agréable soit il m'est désagréable mais me demander pourquoi il est enthousiaste quand on s'attendrait à ce qu'il désespère (Et donc considérer que les scénaristes ont un peu de rigueur et d'intelligence) ça jamais !

Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)

Quand le film débute, Watney se fait chambrer par son coéquipier Martinez qui résume ses recherches à « Wahou ! Mark a découvert de la terre sur Mars ! » Cette réplique n’est pas une blague pour souligner l’entente des membres de l’équipe au travers de taquineries. Non, le commandant demande que les communications soient coupées entre les astronautes parce qu’ils en ont tous marre d’entendre ces deux-là comparer leur taille de bite. Et évidemment, le mécanicien qui s’occupe de la fusée, n’a rien à craindre du botaniste inutile.

Un orage éclate, la mission est annulée. Quelle est la seule personne qui est dégoûté ? Mark Watney. Pourquoi ? Parce que son passage sur Mars ne laissera aucune marque dans l’histoire. Mark veut marquer. Il s'en fout d'être allé sur Mars s'il ne peut vivre l'expérience que pour lui. Alors qu’ils traversent l’orage à pied, dans la pénombre, le vent et les débris, dans une atmosphère hostile, sur une planète hostile, tous focalisés sur leur envie de survivre à cet orage, Mark déblatère sur ce qu’ils pourraient mettre en place pour pouvoir rester.

Au passage, je voudrais ici faire une toute petite aparté pour défendre le NON-réalisme. Il y a une mode actuelle qui part du principe que tout devrait être crédible dans les films comme si ceux-ci tentaient de reproduire la réalité plutôt que de la représenter métaphoriquement. Les orages n'existent pas sur Mars et j'imagine que les personnes qui ont écrit le scénario de ce film en sont bien conscientes. Mais l'orage c'est le nœud gordien d'un problème, c'est le moment où il ne peut plus être évité et où il faut que quelque chose casse, qu'une structure s'écroule, qu'un équilibre instable se renverse. On s'en fout qu'il n'y ait pas d'orage sur Mars, il y a de l'orage entre les membres de cette équipe.

Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)Laissez Mark Watney où il est ! (2800 mots)

Un câble lâche et l'astronaute bavard se prend une structure métallique en pleine figure. L’accident a plusieurs significations. Tout d’abord, que le groupe le « perd » dans le sens où ils sont tous en train de penser « Putain mais il va fermer sa gueule cet abruti ! Personne ne le force à repartir s’il veut rester ! » Mais aussi que Mark à ce moment-là, fait passer sa vie après le fait de rester sur la planète rouge. L’orage est terrifiant, la mort leur pend au nez et ce crétin tergiverse sur la manière dont ils pourraient attacher des câbles à la fusée pour éviter que celle-ci ne se renverse, une opération extrêmement risquée qui part du principe que les autres auraient également envie de rester et seraient prêt à prendre un risque pour ça. Sauf que non, ils s’en moquent tous, ils n’ont qu’une envie, rentrer sur terre, et l’orage est pour eux une bénédiction.

Mais donc, cet accident n’est pas un accident. Si Mark s’était focalisé sur sa vie comme un astronaute qualifié et professionnel de la NASA plutôt que de pleurnicher comme le sale gosse capricieux qu’il est, l’accident n’aurait pas eu lieu. Cet état de fait change absolument tout le film, car son accident n’est que l’extension de la faille narcissique du héro. S’il avait eu l’humilité courageuse, la réelle force de caractère de se dire « Bon ok, je n’ai rien découvert et ma venue sur Mars n’aura rien apporté à la science. Je ne laisserai pas mon nom dans l’histoire » l’accident ne serait pas arrivé.

Le moment où Mark comprend, trop tard, qu'il n'était pas le héro d'une bande-dessinée.

Le moment où Mark comprend, trop tard, qu'il n'était pas le héro d'une bande-dessinée.

Lorsque l’on regarde le film comme ça, l’humour de Mark et l’adulation des critiques pour le personnage de Matt Damon prend un tout autre sens. « Matt Damon plus charmeur que jamais. » Oui, car c’est son personnage. Mark Watney fait de la séduction. Vous pensez voir un astronaute qui se trouve dans une situation dramatique et qui fait montre d’un courage incroyable en « ignorant » le danger, mais absolument pas. Vous êtes en face d’un psychopathe narcissique comme il y en a tant de nos jours qui se préoccupe plus du regard extérieur que de sa propre vie. Mark Watney est un débile qui se filme faire une cascade impressionnante pour ensuite la poster sur youtube en espérant avoir plein de « j’aime. »

Pourquoi croyez-vous qu’il pète les plombs quand il apprend que l’équipe n’a pas été mise au courant de sa survie ? Et pourquoi croyez-vous que la NASA ne veuille pas les mettre au courant ? Parce que le président de la NASA ne veut pas qu’ils aillent sauver Mark Watney. On parle d’une mission sur Mars ! Il ne s’agit pas d’un petit détour pour passer le prendre à la sortie de son cours de Judo. Ils vont risquer leurs vies, leurs 5 vies, et celles de leurs proches, de ceux qui les aiment et qui attendent leur retour avec inquiétude depuis très longtemps déjà, pour celle d’un imbécile qui s’est mis dans une situation inextricable de sa propre faute et pour des raisons indéfendables.

Toutes les blagues de Mark Watney du style « je suis le meilleur botaniste de la planète » (humour, il est le seul homme sur la planète), toute cette pseudo-autodérision est en réalité l’expression du narcissisme du héros. Il se met en scène, il n’est question que de lui.

Et c’est là que réside le réel enjeu du film. Il n’y a pas beaucoup de rebondissements ? Bien sûr que si, simplement les rebondissements réels du film ne tournent pas autour des déboires de Mark Watney mais autour de la manière dont il va parvenir à faire oublier à tout le monde qu’il n’est pas question que de lui. Il va parvenir grâce à son jeu de séduction à ce que son équipe se sacrifie et vienne le rechercher.

Il y a un autre personnage narcissique magnifique dans l’histoire, c’est le génie du quotidien qui travaille dans l’ombre et vanne son boss. Le représentant de la génération Y quoi. Celui qui va calculer que l’équipe peut faire demi-tour, aller chercher Mark Watney et revenir ensuite sur terre. Pense-t-il une seule seconde à la vie des autres astronautes ? Non, pas une seule seconde, parce qu’il ne pense qu’à lui. Il ne pense qu’à être le héros du film avec sa solution tirée d’Apollo 13 qu’il croit « géniale » et à laquelle tous ont déjà pensé sans la suggérer car elle est odieuse.

"C'est simple, on engage une équipe d'ouvriers dans le forage pétrolier, on les forme, on les envoie sur la météorite et ils placent une charge nucléaire en son centre et Bruce Willis se sacrifie et voilà !"

"C'est simple, on engage une équipe d'ouvriers dans le forage pétrolier, on les forme, on les envoie sur la météorite et ils placent une charge nucléaire en son centre et Bruce Willis se sacrifie et voilà !"

L’enjeu du film ne tourne donc pas réellement autour de la survie de Mark Watney, mais autour de celle des membres de l’équipe qui passent tous un point de non-retour. Vous n’avez pas trouvé débile qu’ils fassent exploser une partie du vaisseau pour sauver Mark ? C’est parce que ça l’était. Vous ne vous êtes pas dit « Hola, il va crever lui » quand Beth embrasse le casque de Chris avant qu’il ne sorte du vaisseau parce qu’elle l’aime et qu’elle craint pour sa vie ? Vous ne vous êtes pas dit : « Nan mais c’est Jessica Chastain qui va mourir, parce qu’elle culpabilise, elle estime que tout est arrivé de sa faute. »

Personnellement, ce qui me terrifiait (oui, car le film est très intense et éprouvant quand on estime qu'il n'y a aucune raison valable d'aller chercher Mark Watney), c’était que l’un des coéquipiers ne meurt parce que Mark Watney ne risque pas sa vie pour lui. Genre « oh zut ! Le câble a cédé, on ne peut plus rien pour elle. Bon, on y va ? Je vais rater mon feuilleton. »

Et au passage, que penser de la révélation magnifiquement « mine-de-rien », au milieu du film, que Melissa Lewis n’est pas la copine de Mark Watney. Son inquiétude pour lui, et le fait qu'elle risque sa vie immédiatement pour le trouver, donnent le sentiment qu’ils sont ensemble, secrètement ou non, et lorsqu’apparait son copain sur un écran, on se dit « ah ben non » et on oublie nos précédentes impressions et réflexions. Sauf que ce malentendu est voulu, c’est un magnifique « piège » qui fait que l’on confond la culpabilité de Melissa ou le sérieux avec lequel elle prend sa mission, la responsabilité qui lui pèse sur les épaules, avec l’amour qu’elle porterait à Mark Watney. Sauf que, il survit. Finissent-ils ensembles ? Niet. Ce que je veux dire ici, c’est que le film ne nous donne en réalité que peu d’indices qui permettent de déterminer si elle apprécie Mark ou non. (En gros, elle est ultra-professionnelle et consciente de l'importance d'une vie humaine mais ne peut pas le saquer).

Je pense que le sens profond du film est que la science est inhumaine, contrairement à ce que peuvent dire beaucoup de critiques. La morale est qu’alors qu’un seul d’entre eux aurait dû y rester, ils sont au final tous totalement traumatisés par leur expérience parce qu’ils ont étés obligés d’aller sauver Mark Watney et donc, de faire passer sa vie misérable avant celle des gens qu’ils aimaient. Je ne sais pas si c’est assez facile à comprendre à l’écrit. Par exemple Beth et Chris sont amoureux l’un de l’autre mais plutôt que de rentrer au plus vite sur terre vivre leur relation amoureuse (ils ont un enfant à la fin du film), ils doivent d’abord se mettre extrêmement en danger pour sauver quelqu’un qui ne le mérite pas. Ils doivent faire passer en priorité et de leur "plein gré" quelque chose qui ne devrait pas en être une et qui de ce fait, dévalorise toutes leurs autres priorités.

Chris aime Beth, que vaut son amour quand il fait passer ce boulet de Mark avant leur couple ? Et l'argument "mais Mark va mourir" ne compte pas, car eux aussi ont de fortes chances de laisser leur peau dans le sauvetage. C'est un peu comme si à la fin de Titanic Jack avait aidé un beau marin à grimper sur la planche de bois et avait dit à Rose "Je t'en trouverai une autre." Ça casse un peu quelque chose quand même.

(Au passage, il faut noter que lorsque l'équipe décide de rebrousser chemin, le film développe une raison alternative à l'héroïsme imbécile pour expliquer le comportement de chaque perso. Melissa se sent responsable. Martinez adore être dans l'espace -Il redoute la court martiale qui le priverait de repartir-. Beth est contre. Les deux autres mecs veulent s'assurer que la NASA ne les renverra jamais plus).

"533 jours de plus !?! Et tu as accepté ?" "Oui, mais regarde, je montre un nounours avec un coeur à mon enfant, ça arrange tout ! Tu ne peux pas m'accuser de fuir mon rôle de mari ou de père sous prétexte que ça fera 15 ans qu'on a pas fait l'amour le jour de mon retour.""533 jours de plus !?! Et tu as accepté ?" "Oui, mais regarde, je montre un nounours avec un coeur à mon enfant, ça arrange tout ! Tu ne peux pas m'accuser de fuir mon rôle de mari ou de père sous prétexte que ça fera 15 ans qu'on a pas fait l'amour le jour de mon retour.""533 jours de plus !?! Et tu as accepté ?" "Oui, mais regarde, je montre un nounours avec un coeur à mon enfant, ça arrange tout ! Tu ne peux pas m'accuser de fuir mon rôle de mari ou de père sous prétexte que ça fera 15 ans qu'on a pas fait l'amour le jour de mon retour."

"533 jours de plus !?! Et tu as accepté ?" "Oui, mais regarde, je montre un nounours avec un coeur à mon enfant, ça arrange tout ! Tu ne peux pas m'accuser de fuir mon rôle de mari ou de père sous prétexte que ça fera 15 ans qu'on a pas fait l'amour le jour de mon retour."

L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.
L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.
L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.
L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.
L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.
L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.

L'amour silencieux, intime et humble de Beth et Chris vs L'absence de dignitié, l'hypocrisie, la vanité, la complaisance et l'impudeur crasse de Mark Watney.

Ce n’est pas parce qu’on est amoureux que soudainement on ne doit plus risquer sa vie pour une cause que l’on voudrait défendre. Non, le problème ici, c’est que les personnages sont des astronautes de la NASA qui allaient sur Mars et savaient les risques qu’ils prenaient. Nous attendons de l'équipage du vaisseau spatial qu’ils soient les héros que Mark Watney ne prétend jamais être. Or, si par exemple c'était Mélissa qui était restée bloquée sur la planète, elle aurait dit à la NASA « surtout ne prévenez pas l'équipe, ils risquent de revenir me chercher. »

Ben d’ailleurs, je suis bête, le film contient cet argument puisqu’au moment du décollage de la fusée, alors qu’elle risque sa vie en cherchant Mark, elle dit « si jamais la fusée penche, tu déclenches le décollage immédiatement. » Elle ne veut pas qu’ils risquent leurs vies pour elle. Watney n’a aucun problème avec cette idée. Ce fils de ****. Et ce qui me perturbe c'est que les spectateurs trouvent Mark Watney génial et les autres personnages fades. Alors que les autres personnages sont très bien écrits et développés. Simplement, ce ne sont pas des clowns/prostituées qui ont intégrés un regard extérieur qu'ils doivent divertir et séduire mais des humains. Vous savez ? Des humains, cet animal rare qui possède une intériorité à laquelle on ne peut pas accéder directement et qui a besoin qu'on l'observe un peu et que l'on réfléchisse pour le comprendre.

Perso, j'ai détesté Mark Watney spontanément très vite, même alors que je regardais encore le film en le voyant comme le survival comique et humain qu'on décrit, je voyais ce mec comme faux et narcissique. Sans comprendre pourquoi il avait été écrit comme ça.

Mais donc, la science dans le film est ce qui permet à l’intrigue de devenir inhumaine. Lorsque le petit génie décérébré (génie et décérébré sont très loin de former un oxymore à notre époque) propose sa solution, il assure que c’est « scientifiquement » possible. Cool, mais sa solution était-elle humainement possible. Non.

Une autre attaque à la science, est celle faite par le discours de Mark Watney à la fac à la fin du film. Ce discours est présenté comme une invasion. Mark n’est plus humain, il est Martien et il est là pour coloniser la terre (Allusion faite aux pommes-de-terre avec la pousse qu’il inspecte au sol). S’il est martien, il n’est plus terrien, il n’est plus humain. C’est un alien. Et l’idéologie froide et mathématique qu’il répand dans sa salle de classe est une invasion.

Aussi, alors que tous les personnages du film regardent le lancement d’une nouvelle navette spatiale pour Mars (dans laquelle se trouve Martinez) et que Melissa a le souffle court et transpire, pleine d’appréhension pour la vie de son ami, qui ne regarde pas ? Qui n’en a rien à foutre ?

Bref, optimiste ce film ? Surement pas.

Au passage. Comme je faisais ma petite modification sur le poster du film j’ai compris sa signification. Tout est dit sur ce poster : « Bring him home ». (Ramenez-le à la maison). Cette affiche est un « avis de recherche » pour animal de compagnie perdu et Matt Damon vous fait une tête de bébé chien malheureux. Tout est dit.

No comment.No comment.

No comment.

edit: Au sujet du commentaire du fossoyeur sur le plan final du film où tous les étudiants lèvent la main quand Mark Watney leur demande s'ils ont une question. Le timing du plan est effectivement très particulier car il laisse juste le temps de voir la réaction des étudiants avant de couper. Cette réaction rapide, unanime et uniforme qui est aussitôt coupée souligne son inéluctabilité. Mark Watney est pour moi plus un Hitler qu'un héro. Ce que le plan final souligne c'est un réflexe conditionné qu'il a pris soin de construire et d'inspirer à son public, un salut. Inquiétant non ? Que nous célébrions en 2016, le parfait séducteur fasciste mégalomane qui veut le monde à ses pieds.

Commenter cet article