Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

Publié le par Kevin

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

La sexualité dans Ghostbusters

Je viens de voir le trailer du nouveau Ghostbusters qui s’est fait incendier par plein de gens pas sexistes du tout puisqu’ils aiment Kill Bill et Aliens (sarcasme) et je me suis étonné de voir dès les premiers plans une avalanche de références sexuelles. Une éjaculation, un vagina dentata et Kristen Wiig qui s’exclame : « j’en ai eu dans toutes les fentes. »

Et ben, au moins ils ont pas perdu de vue le thème du film. Oui, parce que si vous pensez que Ghostbusters parle de fantômes et bien euh… sachez que ces fantômes portent un sens : celui de la libido refoulée des habitants de New York City.

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

Alors, avant de lire cet essai, il faut que je souligne quelque chose: ce qui est vrai dans un film, n'est pas nécessairement vrai dans la réalité. Mes interprétations sont des lectures d'éléments du film, pas de la vie réelle.

Par exemple, je vais parler de la signification de l'appartement de Dana. Dans un film, inviter quelqu'un chez soi, c'est l'inviter à un rapport sexuel. Dans la réalité, c'est loin d'être systématique. Un exemple que je n'ai pas pensé à regarder dans le film, c'est l'usage de la cigarette (alors qu'Ackroyd fume tout le temps). Quand un personnage allume une cigarette à un autre, c'est qu'il lui inspire de l'attirance sexuelle, une flamme, une chaleur. Pas nécessairement dans la vie réelle. Je décris des mécanismes qui servent à véhiculer du sens mais dans une œuvre, pas des réalités. Un autre exemple, pour vraiment enfoncer le clou, c'est l'usage des chats pour décrire l'état de la libido d'une femme. C'est utilisé très très souvent. Dans The Heat, Sandra Bullock vit sa vie sexuelle par procuration=>le chat de la voisine lui rend visite. Dans The Ugly Truth, le chat de Katherine Heigl s'enfuit sans arrêt, son besoin de faire l'amour lui échappe, elle perd le contrôle (c'est pas pour rien que c'est une "control freak" justement).

A la fin d'S.O.S. Fantômes, quand Peter Venkman dit "You got your stick, Heat them up, make 'em hard" (Prenez vos engins, chauffez-les, faîtes-les durcir) le sens sexuel est difficile à éviter. Et donc, cet essai, plutôt que de prendre la tonne de références sexuelles du film comme des blagues immatures, ne fait que les prendre au sérieux. Alors, éloignez vous si vous avez peur de la libido féminine, du sperme, des vagins, du liquide séminal et quoi d'autre ? des troubles de l'érection et de bibendum chamallow. Sinon vous allez avoir l'impression que je viole le film innocent que vous aimiez tant dans votre enfance. (J'écris ça en réaction à un commentaire particulièrement violent, et drôle dans sa naïveté immature, qui m'a fait peur bien qu'il émana d'un lecteur adulte et consentant).

Commençons.

Les recherches dans le paranormal de Peter, Raymond et Egon sont en réalité tournées vers la sexualité. Comme on peut le voir, les expériences de Peter ne pèsent pas lourd face à la plastique d’une jolie participante. La scène est bien drôle mais non seulement il maltraite un pauvre mec (rival) mais en plus son expérience n'a plus aucun intérêt scientifique (si elle en avait un à la base). Sa libido passe largement avant la viabilité des résultats.

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

La première intervention du trio a pour lieu la bibliothèque municipale. La bibliothécaire est une image de la sexualité refoulée. La discrète petite vieille à lunette qui porte un gilet hideux à qui Venkman demande si elle a toujours ses règles. Sa bibliothèque souterraine c’est son vagin/sa libido, comme le building en surtension était celui de Melanie Ballard dans Ghosts of Mars, et ce vagin a été mis sans-dessus dessous par des "fantômes." Elle a trop lu d’Arlequin la coquine. Quand Egon, Peter et Raymond descendent, ils trouvent un liquide visqueux, sécrétion vaginale yep, et approchent le fantôme, pulsion sexuelle de la pauvre vieille bibliothécaire esseulée. Technique d’approche ? Celle de trois mecs timides qui essayent de draguer une fille. Les recherches des Ghostbusters se résument à la quête d'un partenaire sexuel, à "comment ça marche les femmes ?"

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

Ensuite, il y a l’histoire de Dana et Louis. Dans une histoire qui parle du problème de refoulement de la sexualité, on a besoin d’un homme et d’une femme qui seraient le degré zéro d’épanouissement sexuel, c’est Dana et Louis. Ils se tournent autour l’un l’autre mais aucun ne fera le premier pas. Louis n’assume pas son désir et tente de le neutraliser en se « purifiant » avec médicaments, vitamines et sport, quand il invite Dana à entrer pour un verre d’eau minérale, c’est une invitation sexuelle refoulée. Il ne l'invite pas à boire un verre d'eau minérale, il l'invite à se faire des bisous mais Il voudrait que son sperme soit aussi limpide et propre que de l’eau minérale. Il voudrait que l'acte sexuel soit aussi clean et aseptisé qu'un verre d'eau minérale. Par opposition au vin aussi qui est rouge sang (se moque de l'immoralité) et qui enivre, qui fait perdre le contrôle. Quant à Dana qui n’a clairement pas envie d’entrer, elle l’invite indirectement : sa télévision se met en marche toute seule et le volume à fond. Elle veut qu’on « enfonce sa porte. » Oui oui, elle veut qu'un homme la prenne sans lui demander son avis. Attention, pas qu'on la prenne contre son gré, qu'on la prenne sans lui demander d'avouer qu'elle a envie. Parce qu'elle n'assume pas sa libido mais qu'évidemment elle en a une.

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

Comme je l'ai dit au-dessus, l’invitation à entrer chez soi est toujours utilisée pour renseigner le public sur le positionnement sexuel de la personne qui invite. Dana voudrait que Louis entre chez elle, pas l'inverse. Elle a besoin qu’il soit plus entreprenant. Et comment se termine leur intrigue ? Une fois qu’ils sont possédés, Louis entre chez Dana et elle se jette sur lui. Je trouve ça mignon et triste à la fois car c’est un commentaire très pertinent sur les relations hommes femmes (en tout cas à l’époque). Le pauvre Louis est très entreprenant, il passe son temps à sauter sur Dana et à lui proposer des trucs, il l’invite même à une fête chez lui, mais le simple fait qu’il veuille qu’elle vienne vers lui et pas l'inverse le condamne à l’échec. Elle a trop honte de sa sexualité.

Par contre, Peter Venkman est le champion du premier pas. Mais c’est tout. Que de la gueule. Il sait aller vers les femmes mais ne sait pas quoi faire ensuite. Il drague Dana lourdement, et quand enfin, il parvient à entrer chez elle, c’est la débandade. Il tourne autour du pot avec son bâton (le gadget phallique qu'il trimballe sans rien faire avec). Dana avoue sa virginité quand elle lui explique qu'il ne s'est jamais rien passé dans la chambre, il dit "dommage" comme s'il était celui qui pouvait y changer quelque chose alors qu'il est en train de se dégonfler. Il discute, fait du remplissage et évite l’endroit où ça se passe : La cuisine où les œufs ont bouillis et le frigo contenait un démon chaud qui a dit « Zuul. » La cuisine, c’est le sexe de Dana. Le frigo, c’est parce qu’elle n’avait aucune libido jusqu’à présent, elle était froide, frigide, jusqu’à ce qu’elle voit à la télévision des hommes qui sont prêt à s’occuper de ses « fantômes. » Les œufs qui bouillent et le "démon" dans le frigo c'est la naissance de la sexualité. Si je vous parlais d'une fille coincée et vous lançais soudainement "celle-là, elle a un démon dans l'frigo" vous ne comprendriez pas ce que je veux dire ? "Zuul" c’est la part sexuée de Dana. Elle a ce dédoublement de personnalité parce qu’elle n’assume absolument pas d’être perçue comme sexuée. Elle s'est construite entièrement comme une femme pure et innocente, en totale opposition avec l'idée de libido et se retrouve bien coincée maintenant qu'elle a envie de rapports sexuels.

Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)
Le sexe dans Ghostbusters 1984 (2500 mots)

Et donc, Peter échoue, il ne se sert pas correctement de son gadget (Dana prononce ces mots) et, humilié, fait une déclaration d’amour grandiloquente à Dana qui le met dehors. Il comprend, à juste titre, qu’il faut qu’il fasse ses preuves avant de revenir. Sauf qu'il va faire ses preuves au niveau de sa position dans la société, au niveau symbolique, et pas au niveau euh... pratique ? Il y a phallus et phallus, faute de pouvoir procurer le vrai, il se rabat sur le substitut sociétal.

Il y a deux personnes dans le films qui sont épanouies sexuellement et n’ont donc pas besoin de croire aux fantômes : Janine la secrétaire et Winston Zeddemore le 4ème Ghostbuster.

Lorsqu’ils n’ont pas encore de client, Peter discute avec Janine et constate qu’elle n’a rien à faire. Ce qui, pour une coquine comme elle (Et je n'avais aucun souvenir de Ghosbusters 2 en écrivant ces lignes), signifie « pourquoi on ne jouerait pas au docteur pour passer le temps ? » Sauf que Peter Venkman ne sait pas que la libido des femmes est extrêmement facile à déclencher, et il va dans son bureau. Encore une fois, j'interprète ici un film, pas une réalité. Janine n'est pas un personnage suffisamment important pour qu'elle ait plusieurs conversations avec Peter donc, leur première conversation se doit d'avoir un rapport métaphorique avec l'intégralité de leur relation. Et donc, leur échange signifie "Vous êtes libre, je le vois bien, tchao." Il n'est pas intéressé alors qu'elle l'est. Ou, il se dégonfle. Aussi, on peut voir qu'elle est jalouse ou dépité lorsqu'il baratine Dana (il dit qu'ils ont plein de clients) alors qu'elle devrait se réjouir de ce bagou parce que justement c'est leur première cliente et Janine travaille pour eux. Elle n'a pas de raison de voir d'un mauvais œil que Peter baratine Dana, sauf si elle est jalouse ou blessée.

Il y a aussi Egon qui surgit de sous le bureau. On pourrait facilement croire qu’il faisait un massage à Janine, surtout qu’elle lui dit qu’il est très habile de ses mains, alors qu’il ne faisait qu’installer l’ordinateur. Elle tente sa chance en engageant la conversation mais se prend un mur de science, ce sur quoi Egon a reporté sa libido. Pauvre Janine qui est venue chez les Ghostsbusters parce qu’elle pensait qu’ils seraient expérimentés sexuellement alors qu’au contraire ce sont des puceaux craintifs.

Janine sait ce qu'elle veut, hélas, c'est bien la seule.Janine sait ce qu'elle veut, hélas, c'est bien la seule.

Janine sait ce qu'elle veut, hélas, c'est bien la seule.

Que dire d’autre ? Leur première intervention a lieu chez le propriétaire homosexuel d’un hôtel, dont on comprend qu’il refoule sa sexualité en 1984. Ils se font ensuite emmerder par un écolo jaloux de leur succès et qu’ils qualifieront de « dickless » "sans queue." A force de capturer la libido refoulée des gens de la ville, ils créent un trouble encore plus grand. Dana et Louis se retrouvent totalement possédés par leurs envies "animales".

D’abord on a droit à Peter qui se dégonfle une seconde fois devant une Dana qui veut du cul "êtes-vous le maître des clefs ?" Et cela, le soir de leur rendez-vous ET de la soirée chez Louis, comme par hasard. Je dis cela dans le sens où, Dana ET Louis sont à l’extrême limite de leur patience et c’est ce soir ou jamais. Louis devient le « maître des clefs » et Dana le « cerbère de la porte » ou je ne sais plus quoi. Bref, vous connaissez la chanson des inconnus : J’enfonce ma clef dans ta serrure. Leur nouvelle appellation réfère à leur rôle sexuel.

Ce qui m'échappe c'est que Louis a ses chances avec une belle blonde (un peu cruche quand même) mais qu'il ne semble pas s'en apercevoir. Oui, la blonde qu'il invite à danser. Danser, c'est aussi un prélude à l'acte sexuel, encore un élément qui a beaucoup plus de poids/sens dans les films que dans la réalité, cette fille est partante. Mais justement comme il est immature, il s'intéresse à Dana qui en est au même stade que lui.

C'est pas comme ça qu'elle embrasse Peter à la fin du film...C'est pas comme ça qu'elle embrasse Peter à la fin du film...

C'est pas comme ça qu'elle embrasse Peter à la fin du film...

La fin du film, sur le toit de l’immeuble, est un acte sexuel « ultime » ou « universel » je dirais, qui libère les habitants de leurs craintes sexuelles. Je n’ai pas souvent vu souligné que les fantômes sont toujours en liberté à la fin du film. Ok Gozer a été éliminé mais tous les fantômes libérés par Walter Peck sont toujours en liberté si on prend le film littéralement. C'est un peu mitigé comme victoire finale.

Par contre, au niveau métaphorique, ils n’existent plus, puisque les gens ne refoulent plus leur libido. Ou alors je me trompe. Parce que d'un autre côté ça finit mal. Cette tarlouze de Peter Venkman subtilise Dana à Louis alors que c'est lui qu'elle veut réellement et c'est avec lui qu'elle a fait l'amour. D'ailleurs, ça me fait penser à la fin de Bridesmaids de Paul Feig (qui réalise le nouveau Ghostbusters), quand le flic emmène Kristen Wiig dans sa voiture de police. Là, Venkman force un bisou public (elle va pas lui mettre un vent devant la foule alors qu'il vient de sauver la ville et sa vie) et ensuite la pousse dans la voiture des Ghostbusters. Enlèvement, encore un signe récurrent dans les livres et films. Elle ne veut rien la pauvre Dana. Et de son côté, le petit Louis, on l'écarte. Trente seconde plus tôt, Venkman dit à l'équipe d'aller s'occuper de lui pour s'accaparer Dana et trente secondes plus tard, pfiout, il peut crever Rick Moranis.

D'ailleurs, il y a un truc qui m'échappe avec Peter Venkman vu que sur le toit, ils sont tous couvert de "sperme" sauf lui. Serait-il le seul à ne pas avoir perdu sa virginité dans l'opération ? (Ou alors il est homo ? Je n'ai pas envisagé la possibilité d'un personnage homo dans l'équipe en fait).

Dans la suite, Ghostbusters 2, Louis est avec Janine, la femme épanouie et ils ont un enfant. Alors que Peter se trouve être incapable d'être à la hauteur pour Dana. Louis est encore une fois le personnage vraiment courageux et cool. Yep. C'est peut-être pas une blague quand à la fin du film c'est lui qu'on célèbre plutôt que les Ghostbusters.

Un autre détail qui m’échappe c’est que Walter Peck ne dit que des choses vraies. Son personnage est totalement antipathique, sauf que toutes ses accusations sont justifiées. C’est assez étrange.

Enfin bref, j’attends avec impatience de voir l’évolution sexuelle des personnages du nouveau Ghostbusters de Paul Feig et j’espère qu’elle sera aussi sympathique que celle de celui de 1984.

Voilà, j'espère que vous êtes traumatisés par le nombre d'insanités que je suis parvenu à caser dans cet essai. J'essayerai de faire mieux la prochaine fois, genre, l'homosexualité de Godzilla ou les lectures secrêtes de Robocop.

Ajout: Kristen Wiig dans le trailer de Ghosbusters se fait recouvrir de slime. Je pense maintenant que je comprends. Si on continue de voir les fantômes comme la sexualité refoulée, Kristen Wiig s'approche en disant "je suis chercheuse à l'université de..." un truc comme ça qui fait appel à ses qualifications intellectuelles. Je me demandais pourquoi au contraire des Ghosbusters d'origine elles se permettaient d'être qualifiées, mais c'est parce que ce sont des femmes qui refoulent leur sexualité. C'est des petite intellos qui essayent de se faire croire qu'elles échappent à ces basses pulsions, et que se passe-t-il ? Elle se reprend ses pulsions en pleine tronche.

Commenter cet article