Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Batman V Superman: Martha c'est bien. (800 mots)

Publié le par Kevin

Batman V Superman: Martha c'est bien. (800 mots)

Beaucoup de gens trouvent la scène avec Martha ridicule. Beaucoup de gens la trouvent mal exécutée. Beaucoup de gens trouvent que Batman et Superman n’ont aucune raison de se battre. Tous ces gens se trompent en grande partie.

 

La raison derrière la baston Batman/Superman est solide et en plus résulte exactement du type de conflit qui peut prendre fin en une seconde.

Dans la première partie de Man of Steel on peut voir que Kal El ne trouve pas sa place parmi les humains. Il termine au pôle nord (Froid = isolement affectif) dans un vaisseau kryptonien. Son intégration à l’espèce humaine est un échec.

La seule manière qu’il trouve d’être aimé ou au moins accepté, c’est d’inventer Superman, un surhomme mystérieux qui descend de temps à autre sur terre histoire de sauver des vies et de passer aux infos. Personne ne sait qu’il est également Clark Kent.

De manière très compréhensible, une religion se crée autour de lui, les gens le perçoivent comme le messie et son petit spectacle se met à dévaloriser les hommes, les vrais, ceux qui prennent des risques, qui sont réellement courageux, qui savent que parfois on ne peut pas être le gentil tout propre jusqu’au bout.

On voit donc l’opposition forte en Batman qui véhicule l'idée que même la pire des crapules peut faire le bien, et Superman qui véhicule l'idée que je suis le bien incarné et personne d’autre que moi n’a d’importance.

A mesure que Superman étend son règne, de plus en plus de personnes veulent le salir, prouver qu’il n’est pas le messie à la blancheur immaculée qu’il prétend être. Certains politiciens veulent avoir leur mot à dire quant à ses actions, ils contredisent donc l'idée que ce que Superman fait est bien par essence. Batman lui, veut juste lui prouver qu’il n’est pas parfait, qu’il peut saigner, donc, il veut lui péter sa sale tronche d’extra-terrestre suffisant et lui faire cracher qu’il n’est pas un Dieu.

Batman V Superman: Martha c'est bien. (800 mots)

On a donc une opposition symétrique parfaite entre Batman qui se veut l’incarnation de la noirceur, de l’imperfection, de la violence, utilisée malgré tout pour le bien et comme message d’espoir (on se rappelle qu’à la fin de The Dark Knight les citoyens de Gotham trouvent la confiance de ne pas faire sauter les bateaux parce que Batman leur a enseigné que même la pire ordure peut faire le bien) ; Et Superman, l’incarnation de l’espoir, de l’innocence et de la perfection, mais qui pousse tout le monde à se sentir sans valeur, à chier, mauvais et indigne car la moindre faille, la moindre faiblesse te fait passer du côté des mauvais, puisque lui est pur.

L’existence de Batman prive Superman de sa valeur, et vice versa.

Donc s’ils ne se parlent pas avant de se battre, c’est parce qu’ils ont très envie de se foutre sur la gueule. Superman fait juste semblant de ne pas vouloir parce que c’est en étant le gentil qu’il trouve son estime de soi. Il ne s’explique pas assez vite justement pour donner à Batman l’opportunité de l’attaquer et ainsi de pouvoir riposter. « C’est pas moi qu’à commencéééééé. »

Lorsqu’il s’est bien fait défoncer et que Batman est sur le point de lui donner le coup de grâce, il s’exclame « Sauve Martha ! » Pourquoi ne pas dire « Ma mère est en danger ! » ? Parce que justement, une fois qu’il admet qu’il a une mère, il admet qu’il n’est pas un Dieu, toute sa persona s’écroule et Batman peut accepter son existence. Superman a des craintes, des failles et il peut avoir besoin d’aide, il est comme tout le monde, c'est la fin de monsieur propre.

Batman V Superman: Martha c'est bien. (800 mots)
Batman V Superman: Martha c'est bien. (800 mots)

A Martha Kent, il s’annonce comme un « ami de son fils » parce que Clark n’a jamais eu d’ami. Personne n’a jamais fait quelque chose pour lui. Le mot a un sens bien plus profond qu’un simple « on est pote. » Il signifie « votre fils a quelqu’un sur qui il peut compter. Il n’est plus seul au monde. » Et cela va même plus loin puisque Clark redoute que sa mère ne se fasse tuer ce soir-là, qui mieux que Bruce Wayne peut comprendre cette peur ? La réponse de Martha est parfaite « Je m’en étais doutée, la cape. » Superman et Batman ont pour point commun le désir de s’élever, pas au-dessus des autres, mais de pousser les êtres humains vers un monde plus beaux, plus honorables. Ils étaient opposés dans la forme et l’existence de Martha les fait dépasser leur conflit.

Cette scène dont tout le monde se fout est extrêmement bonne. Et si son exécution est bizarre c'est parce qu’elle est tournée comme un péplum du type Quo Vadis. On est pas devant Fast’n’Furious 34, Snyder, Goyer et Terrio ont de l’ambition. Ils veulent faire quelque chose qui a du sens dans l’absolu. Ce combat entre celui qui veut faire croire qu’il est parfait parce qu’il est terrifié par ses défauts et celui qui affiche ses défauts tels qu’ils sont mais abandonne l’idée d’être aimé, ce combat est éternel. Et le point commun de ces deux personnes, c’est la peur de décevoir maman ou la douleur d’avoir perdu maman = peur de perdre l’amour, peur de ne pas être aimable.

Bref, c’est génial et profond tout ça. Et des films géniaux et profonds c’est pas rares, il suffit de ne pas trop s’arrêter à des détails.

 

 

 

Commenter cet article