Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Publié le par Kevin

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Lorsque l’on regarde Starship Troopers sous l’angle « œuvre de propagande » la construction du film donne le sentiment que celui-ci oppose les passages de propagande avec l’expérience terrifiante que les personnages principaux font de la guerre.

Celui-ci commence par nous offrir une petite exploration du site de la fédération ainsi qu’une explication accessible de la guerre avec les arachnides, tout cela accompagné d’une voix off bienveillante. Puis soudainement, le flash infos au sujet de l’invasion de la planète arachnides nous montre une vérité bien plus crues, avec des soldats qui se font mettre en pièce.

Ces deux présentations mettent en avant la présence d’un regard extérieur. Le site internet est un site de propagande qui déforme clairement les faits pendant que la caméra qui filme l’invasion est celle d’un journaliste d’investigation qui donne accès à une réalité horrible. La scène se termine sur le visage de Rico hurlant de douleur alors que l’image se brouille.

Ainsi, dès le départ le film nous indique que la critique de la fédération sera faite au niveau de la manière dont celle-ci dédramatise la guerre et infantilise ses citoyens alors que la réalité qui les attend derrière leur enrôlement est particulièrement dure.

Le problème auquel le spectateur se trouve finalement confronté, c’est que lorsque le film arrive à sa conclusion, il est passé dans le camp de Rico et sa bande.  Oui, la fédération militariste est probablement responsable de la guerre. Oui, les arachnides seraient sans doute restés dans leur coin si on n’était pas aller les déranger. Oui, les scientifiques de la fédération ressemblent cruellement à des nazis. Oui, les nouvelles recrues ont l’air d’avoir 15 ans, en attendant, il ne nous viendrait certainement pas à l’idée de désirer la victoire des arachnides.

Ainsi, à la fin du film, le spectateur se retrouve piégé par l’opposition entre satire et réalité. Tout en se sentant en désaccord avec les valeurs de la fédération, tout en y voyant une dictature ridicule, il est devenu incapable de pointer du doigt ce qui devrait être différent. Après les morts horribles de Dizzy et Zander, l’idée de voir les arachnides se faire éradiquer jusqu’au dernier ne nous pose plus de problèmes.

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Carmen et Rico ne se remettent pas ensemble et c’est décevant, mais n’a-t-on pas quelque part le sentiment que Rico est parvenu à la récupérer ? Rico part au combat en hurlant « En avant ! Vous voulez vivre éternellement ou quoi ? », il accepte parfaitement le rôle sacrificiel de l’infanterie et le revendique.

Nos trois héros apparaissent dans le clip de recrutement final de la fédération et même si on sent bien que ça n’est pas une fin très optimiste, il est devenu difficile de discerner ce qu’il y a de gênant là-dedans.

En fait, la propagande a fonctionné, on ne se sent pas en accord avec la fédération, mais le film nous a brillamment privé de point d’appuis pour nous opposer à la tournure qu’ont pris les événements.

Le truc, c’est que cette tournure est également le produit de la propagande. La fédération a décidé de se fabriquer des « héros », elle a sélectionné Rico pour être l’un d’entre eux.

Pourquoi lui ? Rico incarne le mec que toutes les filles veulent avoir et que tous les garçons veulent être, sans pour autant véhiculer un sentiment d’élitisme. Il est nul en math, c’est le super quaterback qui ne suit pas en cours et est impatient d’échapper à des parents qui le pomponnent et ne manqueront pas de s’opposer à ce qu’il s’engage dans l’armée. En quoi cela est-il important ? La fédération ne fait pas un clip de propagande pour attirer les personnes qui veulent déjà s’engager, au contraire, il s’agit de viser exactement les personnes qui ne se tourneront pas vers le service militaire.

 

----------------------------

 

La première initiative que je soupçonne, c’est l’enrôlement de Carmen dans l’opération. Logiquement Rico aurait dû se retrouver avec Dizzy, ils sont faits l’un pour l’autre, mais Carmen incarne justement la fille inaccessible à un mec comme Rico et il lui est donc difficile de lui résister, malgré le fait qu’elle ne montre que peu d’intérêt pour lui. Elle présente aussi la « qualité » appréciable d’être prête à tout sacrifier pour sa carrière de pilote.

Lorsqu’ils regardent leurs notes en maths, Carmen s’éloigne et laisse Rico chercher la sienne. Elle sait qu’il aura une note minable tout comme son 97% est une formalité, puisqu’elle l’a obtenu en sortant avec Rico. Pour falsifier ces résultats, il suffisait d’écrire la note désirée dans l’ordinateur à la place de la véritable.

Je voudrais souligner ici que Carmen n’est pas pour autant une « pute » insensible. Il est fort probable qu’elle a refusé de coucher avec Rico jusqu’à ce moment précis justement parce qu’elle ne voulait pas en arriver à un tel degré de mensonge. Mais une fois son contrat rempli, la veille de leur départ, elle s’offre à lui, et lorsqu’elle lui dit « Je t’aime, » elle est sincère également.

En parallèle de Carmen, on trouve Jean Rasczak qui sait parfaitement trouver les mots pour amener Rico à s’enrôler tout en lui donnant le sentiment au contraire de parfaitement le laisser faire ses propres choix.

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Enfin, et moins directement, Zander, le rival parfait, apparait la veille du départ de Carmen. Il sert à déclencher une jalousie maladive chez Rico qui se voit déjà remplacé alors qu’il n’est pas encore sorti de la vie de sa copine.

 

----------------------------

 

Nous arrivons alors au camp d’entrainement des fantassins.

Pour bien comprendre en quoi l’histoire de Rico peut être modifiée, il faut garder en tête que ce que la fédération veut c’est un schéma du type « de zéro à héro. »

Rico doit grimper les échelons un à un et finir en héros de la fédération, mais cela pas parce qu’il est lui-même un être exceptionnel, mais parce que la fédération fait de lui un être exceptionnel.

Son « salto 360° » représente donc un problème car Rico a réellement un talent exceptionnel. Sa performance étonnante pendant les entrainements lui vaut une monté en grade, il devient capitaine d’escouade. Cela représente un problème du point de vue de l’identification du spectateur. La propagande doit s’adresser à tout le monde.

Pire, Carmen lui envoie une vidéo. Elle ne l’a pas oublié, et elle lui lance : « Si tu veux monter en grade, y a qu’à demander. » Elle a des remords et voudrait effacer les conséquences de sa duperie. Au milieu de sa vidéo enthousiaste on sonne à sa porte, la vidéo coupe et soudainement, elle n’est plus enthousiaste et annonce qu’il voudrait mieux qu’elle et Rico coupent les ponts. Intervention de la fédération.

La copine trop aimante est éliminée, maintenant il s’agit de contrer la montée en grade. On met en place un « accident » pendant un exercice à balles réelles. L’un des fantassins (celui qui a osé dire que l’infanterie était un pique-nique en comparaison au travail à la ferme) reçoit un casque trop grand. Il consulte Rico qui le lui fait retirer pour regarder où est le problème qui pourrait bien être que son soldat imbécile ne sait pas mettre un casque correctement. Et hop, pas de chance, une soldate est frappée par un tir de laser d’entrainement, s’effondre en pressant la détente de son arme et tire une balle en pleine tête du pauvre homme qui a retiré son casque. C’est une mise en scène.

De la même manière que c’est « l’idiot » qui a reçu un casque inadapté, c’est celle qui voulait faire de la politique qui lui tire une balle en pleine tête par mégarde. Elle vient simplement de gagner son ticket d’entrée dans le monde de la politique. Elle vient de se montrer capable de prendre part à des manipulations qui requièrent le sacrifice de la vie d’innocents et la trahison d’amis, la base de la politique. Elle voulait des responsabilités comme elle le dit sous les douches, elle est maintenant « responsable » de quelque chose.

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Autre imprévu, suite à cet accident, Rico est dégradé et décide d’abandonner le service ce qui est évidemment problématique. Coup de chance les arachnides décident d’attaquer à ce moment précis et détruisent Buenos Aires à coup de météorite qui voyage à la vitesse de la lumière. On y croit. Buénos Aires, la ville natale de Rico dont la destruction interrompt le dernier coup de fil qu’il recevait de ses parents qui n’étaient plus en colère contre son choix.

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Et donc, ce que je suggère ici, c’est que Buénos Aires n’est pas détruite par les arachnides évidemment et que la destruction de la ville est décidée afin de s’assurer de la motivation de Rico, la star du film de propagande qui assurera l’engagement de millions de belles recrues toutes propres pressées de l’émuler.

 

----------------------------

 

Avant la tentative de débarquement sur la planète arachnide, Rico croise Carmen et Zander par hasard au bar. Par hasard ? Ou pour relancer la sous-intrigue de la petite-amie qui disparait avec le beau gosse et éloigner Dizzy de Rico ?

L’attaque est une catastrophe totale. Cette scène du film est très critiquée car la fédération y fait preuve d’une imbécilité confondante qui n’est pas réaliste. Ça n’est pourtant pas le cas.

Comme le note Carmen, il n’y a pratiquement que des morts et très peu de blessés. C’est parce que la fédération se débarrasse des soldats dont elle ne veut pas. L’écrivain, le latino intello, la future maman qui n’a rien à faire là. On peut d’ailleurs noter que Shujimi pète les plombs et se jette au milieu des arachnides de manière totalement suicidaire. Son comportement ne correspond pas à son caractère, de plus on peut voir pendant l'entrainement qu'il a déjà fait cette erreur et a justement eu l'occasion d'apprendre à l'éviter => a-t-il été drogué ?

"Shujumi reste à couvert" lui crie Rico et hop, le latino se fait griller. Je sais qu'il est facile de répéter ses erreurs dans la vie mais il me semble que dans un contexte de préparation au combat, Shujimi a du sérieusement s'imprimer dans le crâne: "ne cours pas comme un cinglé vers l'ennemi."

"Shujumi reste à couvert" lui crie Rico et hop, le latino se fait griller. Je sais qu'il est facile de répéter ses erreurs dans la vie mais il me semble que dans un contexte de préparation au combat, Shujimi a du sérieusement s'imprimer dans le crâne: "ne cours pas comme un cinglé vers l'ennemi."

Rico sera le seul à être soigné. Où a-t-il été blessé ? A la cuisse. Les fameuses cuisses qui lui permettent de faire des « saltos 360°. » Quelle coïncidence troublante.

Finis les sauts périeux.

Finis les sauts périeux.

Ainsi, le fiasco que représente cette attaque est une bêtise. Tout se déroule comme prévu.

 

----------------------------

 

Après l’attaque, Rico se retrouve chez les Roughnecks de Jean Rasczak. Quelle surprise ! Rascazk a une jolie prothèse. On se demande bien comment il se l’est payée.

On annonce à Rico qu’il a été sauvé sous la demande expresse de son ancien prof, déclaration contredite par le fait que le lieutenant ne se souvient même pas de Rico quelques scènes plus tard.  

Ici, la propagande introduit le fait que c’est le désir d’être un bon citoyen qui vient de sauver Rico. Rasczak n’est qu’un pion comme Carmen qui voulait que la fédération lui procure un nouveau bras. Très intéressant d’ailleurs, il mourra lorsqu’il se fait cisailler les deux jambes par un arachnide. Rico pourrait alors le sauver facilement en le tirant à l’abri mais Rasczak le supplie de l’achever. Ce qu’il se passe c’est que Rasczak regrette d’avoir fait ce qu’il a du faire pour récupérer son bras et préfère mourir que de recommencer la même mascarade.

Dans la liste de ses petites trahisons, il y a la manière dont il fait monter Rico en grade en provoquant clairement la mort de son capitaine (Le soldat à la radio qui se fait attraper par un arachnide). Rasczak aimerait que Rico comprenne que tout n’est qu’une mise en scène.

Rasczak qui envoie son soldat à la mort en toute âme et conscience.

Rasczak qui envoie son soldat à la mort en toute âme et conscience.

Puis c’est le général en panique qui est abandonné à sa terreur alors qu’il a des informations d’importances majeures sur les arachnides. Ça aussi est probablement le résultat d’une directive donnée à Jean Rasczak.

C’est un faux appel de détresse qui a amené les Roughnecks dans la base où aura lieu le siège. Pourquoi les arachnides, s’ils sont si intelligents, attireraient-ils l’escouade de Rasczak à l’endroit où elle sera le mieux à même de résister à un assaut ? Nous sommes encore devant une manipulation.

La mort de Dizzy ne se passe pas comme prévu, mais elle l’était néanmoins. De même que ça n’est pas un hasard que ça soit Carmen et Zander qui interviennent pour sauver tout le monde. On les a envoyés sans leur demander leur avis pour raviver l’intrigue Rico Carmen.

Evidemment, nous sommes devant un film avec un scénario et l’on peut décider devant n’importe quel film que toutes les petites coïncidences et facilités indiquent en réalité que quelqu’un tire les ficelles (ce qui est en réalité souvent le cas), mais dans le cas précis de Starship Troopers, il faut bien accepter que le film revendique que tout ce qui se déroule sous nos yeux finira en propagande et que les coïncidences sont pour la plupart facilement explicables dès lors qu’on accepte qu’elles n’en sont pas.

 

----------------------------

 

Evidemment, à l’instant où j’aborde la question de la crédibilité de la manipulation j’arrive au passage du film où elle l’est le moins : La destruction du vaisseau de Carmen est voulue et « la fédération » intervient régulièrement dans sa fuite. Les nacelles de secours ne contiennent que deux places or Carmen et Zander sont accompagnés par leur général dans leur fuite… mais elle meurt subitement tranchée en deux par une porte. Evidemment, il n’y a pas qu’eux qui vont tenter d’atteindre les vaisseaux de secours, le risque étant que trop de monde y accède et que dans la panique et l’affrontement qui ne manquerait pas d’en découler, Carmen et Zander se fassent éjecter de la liste des survivants… mais une explosion bien pratique et assez ridicule élimine une dizaine de personnes qui talonnaient nos deux héros.

Starship Troopers: La Construction de l'Histoire de Rico, partie 3 (2500 mots)

Ensuite vient le risque que Carmen ou les spectateurs se doutent de la mise en scène (à l’intérieur du film) à cause d’un sentiment de : « Quand même, elle s’en est sortie un peu facilement. » D’où l’explosion qui, pas de chance, fait dérailler le vaisseau de secours qui partait en parallèle de celui de Carmen. Cette vision traumatisante va lui imprimer dans le crâne que tout ce qui vient de se passer était entièrement du hasard, entièrement arbitraire et que c’est un miracle qu’elle et Zander s’en soient sortis. Sauf que non, justement, c’était le but de la manœuvre.

D’ailleurs, il est également assez amusant qu’Ace capte le message de secours de Carmen et Zander. C’est précisément l’escouade de Rico qui se retrouve en position d’intervenir.

L’objectif étant ici d’offrir à la cible de la vidéo de propagande sa récompense ultime : Le rival supérieur intellectuellement se fait sucer le cerveau par les arachnides, et Rico se voit offrir l’opportunité de sauver la fille sur laquelle il a jeté son dévolu.

Dans la fuite, un des hommes de Rico se sacrifie en se faisant sauter avec une grande nucléaire... qui saute alors qu'il ne l'a pas déclenchée.

La fédération se paye même l’ignoble complaisance ultime de ne pas faire de Rico celui qui capture le cerveau. Non, cette gloire est cédée à Mr. Second rôle, le sergent instructeur Zim redevenu soldat pour l’occasion, pour rester dans cette logique de « zéro vers héro » et faire croire que l’infanterie c’est la reconnaissance des humbles, des justes et des courageux.  

 

----------------------------

 

Je pourrais évidemment ajouter à cette liste la seule intervention déclarée de la fédération dans l’intrigue, celle de Carl Jenkins qui prévient Rico de la présence de Carmen « au fond de la grotte de droite » par télépathie… sauf que justement, je ne crois pas en cette intervention. Je pense que Carl Jenkins est un incompétent et un menteur.

 

Et donc, voilà pour l’histoire de Starship Troopers du point de vue des manipulations faites autour de Rico dans le but de faire de son histoire, un parfait argument de recrutement.

 

Commenter cet article