Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Publié le par Kevin

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Le monde politique est un monde violent, corrompu et impitoyable. Les carrières et vies entières n’y tiennent qu’à un fil, on y élimine ses adversaires à coup d’accusations, de « salissures » ou pire. Richard Nixon abandonne son poste de président à cause du Watergate en 1974. L’affaire Monica Lewinski a bien failli coûter le sien à Bill Clinton malgré son sourire enjôleur. On accuse toujours Trump d’avoir été financé par la Russie alors que son mandat prend fin et que les enquêtes coûteuses n’ont rien donné. Dominique Strauss-Kahn serait devenu président sans un dérapage incroyable avec une soubrette assez peu attirante dans un hôtel. François Fillon écarté de la présidentielle à cause d’une histoire d’emploi fictif donné à sa femme, une blague quand tant de politiciens et figures médiatiques françaises commettent des crimes bien plus graves sans jamais se voir ennuyés pour leurs pratiques (et que dire du président actuel?). On voit dans le film Vice, ce qu’il en coûte à Dick Cheney, au niveau politique, d’avoir une fille homosexuelle alors qu’il défend des valeurs traditionnalistes. Dans L’Exercice de l’Etat on suit la carrière du ministre des transports et l’on peut aisément constater à quel point elle ne tient qu’à des retournements de veste constants et à un renoncement à toutes valeurs.

Je mélange ici de bien différents cas mais mon argument reste le même : une carrière politique est entièrement soumise à la façade, l’apparence et les idées sont totalement prostituées à l’objectif premier de garder sa position. Si l’on veut faire couler quelqu’un, rien de tel qu’un bon petit scandale, un dérapage provoqué, un crime que l’on jugera impardonnable (par opposition à tous ceux qui sont pardonnés on se demande pourquoi).

L’humoriste français Coluche meurt en 1986 d’un accident de moto. Certains disent qu’il s’agit d’un assassinat commandité par le président Mitterrand lui-même. La raison en aurait été que Coluche connaissait l’existence de sa fille cachée et avait indirectement menacé de la révéler.

Dans Joker, Arthur Fleck découvre abruptement que Thomas Wayne pourrait être son père et se décide à mener l’enquête… cela en pleine campagne électorale. Que se passerait-il si soudainement l’opinion populaire entendait parler de ce fils caché, produit d’une tromperie avec la boniche devenue folle depuis ? Il se passerait que Thomas Wayne perdrait les élections.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Arthur Fleck l’homme insignifiant, l’homme sans importance, le laissé pour compte, se trouve en réalité au centre de cette campagne électorale. A quoi Thomas Wayne serait-il prêt pour le faire taire ? A quoi les adversaires de Thomas Wayne seraient-il prêts pour faire parler de lui, pour lui faire hurler sur un plateau de télé « Je suis le fils caché de Thomas Wayne » ?

Cela poserait déjà problème même si Arthur Fleck n’était pas vraiment le fils de Thomas Wayne, mais je pense que le déroulement du film repose sur le fait qu’il l’est bel et bien.

 

Ainsi, un certains nombres d’éléments de l’intrigue que nous percevons comme fortuits sont en fait fort probablement le résultat d’initiatives prises par des personnes puissantes et sans scrupule qui veulent pousser Arthur à bout et l’amener à commettre un crime et ainsi porter un coup à Thomas Wayne.

Il y a dans les agressions dont Arthur Fleck est la victime un aspect parfaitement gratuit qui suggère cette dimension « acte commandité. » Lorsqu’une bande de jeunes hommes lui volent sa pancarte, pour ensuite la lui briser sur la figure et le tabasser dans une ruelle, aucune raison n’est donnée. Ils ne le connaissent pas, ne lui volent pas son portefeuille. Evidemment, le spectateur perçoit cette agression comme un signe de l’effondrement économique, social et culturel de Gotham, comme un acte arbitraire et aléatoire pur résultat de contingences catastrophiques. Cependant, son absurdité correspond également à celle d’un acte commandité pour une raison précise, et raison précise il y a, Thomas Wayne est en campagne électorale et Arthur Fleck est (ou se croira bientôt) son fils caché.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Je peux citer trois moments précis auxquels le film suggère qu’il y a plus derrière cette histoire qu’on pourrait le croire.

Lorsqu’Arthur va à l’émission de Murray, ce dernier ne le reconnait pas ni ne se souvient de la manière dont il s’est moqué de lui. Or, Murray est censé avoir voulu l’inviter pour des raisons bien précises, ce qui est impossible s’il ne se souvient même pas de son existence. Il est imaginable qu’on aie imposé à Murray d’inviter Arthur.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Lorsque Randall et Gary lui rendent visite, Randall prétend que la police est venue dans le bâtiment où ils travaillent tous mais Gary nie l’information avec étonnement. Randall le fait taire d’une remarque blessante. La police n’est pas venue au siège des clowns, il est en train de mentir pour qu’Arthur se sente en danger. Serait-il dans le coup ?

Randall est également celui qui offre gentiment une arme à feu à Arthur après que celui-ci se soit fait agresser. Encore un geste arbitraire, sans raison d’être apparente. Une telle arme ça vaut dans les 700 euros et Randall n'est pas l'ami d'Arthur ni une personne bienveillante en général.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer que les opposants de Thomas Wayne puissent faire agresser Arthur puis lui faire parvenir une arme à feu par le biais d’un collègue acheté. Ça n’a rien d’exceptionnel.

De son côté, évidemment, s’il est réellement son père (et j’en suis convaincu) Thomas Wayne a fait falsifier le dossier de l’asile de Penny Wayne et est également probablement derrière la camisole thérapeutique dans laquelle Arthur est prisonnier au début du film. Toutes ces pratiques sont monnaies courantes dans les dédalles sombres et sinistres de la politique. Il y a une histoire de ce type (un membre dont on se débarrasse en l’envoyant à l’asile), assez ignoble, dans la famille Kennedy.

L’agression du métro est également bien arbitraire elle aussi. Le film ne donne aucun élément quant à la raison de ce qu’il se passe. Un des jeunes hommes jette une frite à la fille et ça sonne juste faux à mon goût, de même qu’Arthur se fait bien vite sérieusement tabasser pour rien. Mais bon, ça serait la seconde agression commanditée contre lui et cette répétition des méthodes ne semble pas très crédibles. Or c’est le vol de la pancarte et le tabassage en règle qui semblent le plus probablement organisés.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Plus intéressant, le cas de Sophie la voisine dont la relation avec Arthur s’avèrera n’avoir été qu’une hallucination de ce dernier. J’ai vu pas mal de spectateurs considérer que cet élément était horriblement faible, maladroit, cliché et racoleur et qu’il était facile de deviner que la relation avec Sophie n’existait pas (Ils sont sacrément balèzes) et que les nombreux flashbacks explicatifs montrant Arthur seul alors qu’on l’avait vu auparavant accompagné de Sophie étaient très lourds.

Personnellement, j’ai aussi trouvé les flashbacks un peu lourds et étranges mais c’est surtout le moment de cette révélation qui m’a turlupiné. En général, ce genre de rebondissement vient dans les dernières minutes du film. Faire d’un personnage une hallucination complète suggère tout de même un trouble extrêmement sévère du côté d’Arthur or, rien d'autre n'indique chez lui un trouble si important et le film ne s'achève pas sur une perte totale de repères. Oui, il se met à tuer des gens mais ça n’a strictement rien à voir avec le fait de perdre contact avec le réel.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Comme je le disais au-dessus, je pense que si Arthur est bourré de médicaments c’est le résultat d’une initiative de Thomas Wayne qui veut le museler. De même que sa psy se moque peut-être totalement de ce qu’il dit parce qu’elle sait très bien qu’il n’est absolument pas fou.

Je pense donc que lorsqu’Arthur abandonne son traitement, il repose les pieds sur terre. Oui, un schizophrène a des hallucinations lorsqu’il arrête son traitement mais Arthur Fleck n’est pas malade. Attention, je ne dis pas qu’il a soudainement raison de tuer des gens, je dis juste qu’il n’a pas de problème à faire la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Son histoire avec Sophie est réelle. Un autre indice de ça est que lorsqu’ils font l’amour, il la rejoint chez elle. Or, les flashbacks qui prétendent nous montrer objectivement ce qu’il s’est passé, suggère qu’Arthur imaginait uniquement la présence de Sophie. Il n’y a pas de désorientation spatio-temporelle, juste l’invention d’une présence féminine. Donc lorsqu’Arthur rejoint Sophie chez elle et qu’ils font l’amour, il va nécessairement chez elle. S’il pouvait halluciner sa relation avec Sophie, ça n’est pas chez elles que les choses se seraient passées, c’est elle qui serait venue frapper à sa porte. Idem pour la découverte finale, il est chez Sophie pendant son absence. Il l’attend pour lui parler. Si leur relation était une hallucination, les conditions seraient réunies pour qu’il hallucine la scène justement. Il n’attendrait pas le retour de Sophie pour commencer à imaginer leur interaction, elle le surprendrait en train de s’imaginer parler avec elle dans l’appartement.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Donc si leur relation est bien réelle, pourquoi Sophie la nie-t-elle. Deux possibilités. Elle est payée depuis le début pour le faire et se prostitue, ce qui est très envisageables vu sa situation. Leur relation existe bel et bien mais on la menace pour qu’elle y mette fin. Elle a un enfant, il n’est pas difficile de s’imaginer comment la motiver.

Et les flashbacks lourds deviennent la description de la révision mentale d’Arthur, ils ne sont pas un point de vue objectif inséré lourdement mais au contraire, un point de vue subjectif imposé à notre pauvre paumé.

 

Enfin, dernier élément de manipulation que j’ai pu noter, l’accident de voiture final qui le libère de sa voiture de police. Le conducteur libère le Joker puis va assassiner Thomas Wayne. Plutôt que d’empêcher son élection à coup de fils caché déséquilibré, on crée un bouc émissaire parfait à son assassinat : un fils caché déséquilibré.

Joker: Arthur est au centre d'un complot politique... et il fait vraiment l'amour avec Sophie aussi. (1600 Mots)

Commenter cet article