Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Valerian et la Mondialisation : Laureline n'est pas ce qu'elle prétend être. (747 mots)

Publié le par Kevin

Tout l'univers de Valerian est contenu dans un triangle vaginal. Pourquoi, je ne sais pas.

Tout l'univers de Valerian est contenu dans un triangle vaginal. Pourquoi, je ne sais pas.

Tout en le gardant dans un coin de mon cerveau, je n’étais pas pressé de voir Valerian et alors que je revoyais et analysais Lucy je me suis dit que tout de même Luc Besson faisait des films intéressants et ambitieux dans leur manière d’être extrêmement accessibles tout en traitant de sujet très contemporains et sérieux. Aussi, Léon est repassé il y a quelques jours, ça fait un bout de temps que je me démène à en écrire une lecture alternative.

Et donc me voilà qui tombe dans la marmite Valerian qui sentait quand même bon le super navet et qui, sans être honteux, n’est pas non plus très agréable. Les effets spéciaux sont au moins impressionnants et rigolos. Je dirais qu'il manque en même temps deux choses majeures au film, des personnages principaux agréables et une intrigue qui ne nous laisse pas oublier les enjeux en cours de route nous forçant ainsi à nous focaliser sur les personnages qui sont désagréables. Cependant si on est prêt à faire un effort, ce qui est évidemment une nécessité fatale pour un blockbuster, le film a en réalité pas mal de choses à offrir.

Accrochez-vous au sablier (forme du corps féminin que les trans ne parviennent pas tout-à-fait à reproduire pour le moment) dernier bastion de la féminité.

Accrochez-vous au sablier (forme du corps féminin que les trans ne parviennent pas tout-à-fait à reproduire pour le moment) dernier bastion de la féminité.

Mais passons, passons, tout ça on s’en fiche, sautons directement à la lecture alternative que je ferai courte parce que je ne trouverai sans doute pas le courage de revoir ce film de sitôt.

Ma copine qui l’avait vu avant moi m’expliquait qu’elle ne comprenait rien à la relation Valerian Laureline qui se sautent dessus, se tripotent, se font des déclarations étranges et au final ne sont pas ensembles ni ne parlent d’avoir été ensembles. Leurs vacances amoureuses à la plage ne sont qu’une illusion. Valerian lance des propositions de mariage, Laureline le rejette, l’insulte constamment, ils sont en sérieuses rivalités. Il n’est pas difficile de constater qu’on n’a jamais vu une relation si étrangement véhémente entre deux héros de sexe opposés qui finissent ensemble.

Et c’est bien normal puisque pif paf pouf, Laureline et Valerian ne sont pas de sexe opposé, d’où le choix de deux acteurs qui se ressemblent autant et d’un actrice au physique si curieusement androgyne. Laureline est un homme et l’épopée de Valerian est en fait une sorte de préparation à entendre la nouvelle. On apprend qu’il est orphelin maternel, il n’a jamais connu de femme. Il parle d’une liste d’ex, « sa playlist », c’est un mensonge de puceau désespéré. D’ailleurs Valerian sait-il ce qu’est le sexe ? Il rêve de la destruction de la planète ovocyte par la pénétration des spermatozoïdes vaisseaux spatiaux, au moment même où lui et Laureline devraient faire l’amour.

Le film le met dans la position d’être à deux endroits à la fois (ubiquité, corps double), d’être possédé par l’âme d’une femme (Discours Trans par excellence), va rencontrer Bubble, un extra-terrestre sans forme réelle ni personnalité et peut donc changer d’apparence à volonté. D'ailleurs, je me demande si Laureline ne serait pas en réalité de la même espèce. Il y a un truc étrange dans la mort de Bubble...

Valerian et Laureline se disputent au sujet de qui pilote, de qui tient le joystick. Laureline se montre très susceptible sur la question.
Valerian et Laureline se disputent au sujet de qui pilote, de qui tient le joystick. Laureline se montre très susceptible sur la question.

Valerian et Laureline se disputent au sujet de qui pilote, de qui tient le joystick. Laureline se montre très susceptible sur la question.

Le film nous mitraille à coup d’expérience de transformation corporelle constante, le « Je » du personnage principal y est constamment maltraité. Le thème de l’identité, du cœur de l’individu est là dans pratiquement chaque scène.

A côté de cela, notre histoire raconte comment une race d’aliens clairement incarnation de la féminité repliée sur elle même va être éradiquée par les méchants humains. Le repli sur le féminin y est représenté par le fait que leur civilisation tient à l'usage de billes qui produisent de l'énergie et dont il suffit d'en donner une à un petit animal pour qu'il en produise des centaines. Ce petit clébard est une métaphore de la masculinité dans une culture qui place la femme au-dessus et au centre de tout. La princesse sans prince.

Valerian et la Mondialisation :  Laureline n'est pas ce qu'elle prétend être. (747 mots)

Vaisseaux phalliques qui pénètrent une planète ovule (comme je le disais plus haut), océan cytoplasme, avec un petit monstre qui produit des billes sources d’énergies infinies, équilibre avec la nature etc… Ce peuple féminin est appelé Müle. Donc « mules, » les personnes qui transportent de la drogue à la frontière, en voiture dans le film de Clint Eastwood, mais dans leur estomac dans Maria, pleine de grâce et Lucy. Les femmes perçoivent la grossesse comme l’appropriation et l’utilisation de leur corps par une entité extérieure. Il n’est plus question d’être, je ne sais pas moi, la femelle de leur espèce ? Merci encore Simone de Bavoir. Les perceptions traditionnelles de la masculinité et de la féminité sont au centre du débat.

La princesse Nian Nian. C'est son nom. (Je rigole c'est Lihö-Minaa)

La princesse Nian Nian. C'est son nom. (Je rigole c'est Lihö-Minaa)

Sa perception traumatisée de la fécondation d'un ovocyte. (cette scène est celle d'un rêve de Valerian).

Sa perception traumatisée de la fécondation d'un ovocyte. (cette scène est celle d'un rêve de Valerian).

Et à la fin de cette longue aventure marqué par la description de rôles sexuels naturels, de multiples expériences qui entrainent une désorientation identitaire, et d'histoire de perte d'identité suite à des traumatismes, Valerian et Laureline se retrouvent dans un vaisseau phallique à la dérive dans le vide intersidéral. Valérian demande Laureline en mariage et lui offre une bague surmontée d’une bille/ovaire magique. Il n’est plus question de pénétration, l’anneau traditionnel, mais de donner également l’appareil reproducteur, la féminité est également décernée par l’homme. Laureline demande : « Pour le meilleur et pour le pire ? » Valerian s’étonne à cette question un peu inquiétante dans le contexte d’un mariage officieux et intime comme celui-là. Il accepte « Pour le pire également. »

Commenter cet article