Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Publié le par Kevin

Parfois Ellen parvient à cligner des yeux normalement.

Parfois Ellen parvient à cligner des yeux normalement.

Nous arrivons enfin à « La frontière, » l’endroit où tout devrait se jouer et devinez quoi ? Tout ne s’y jouera pas du tout. On se demande bien pourquoi.

Lorsque j’ai vu que les choses tournaient à une collocation, je n’ai pu m’empêcher d’affirmer « ils sont tous morts » à haute voix tant il était évident pour moi qu’Ellen allait tous les détruire.

 

La première personne avec laquelle elle entre en contact est Anna. Comme je l’ai dit plus haut, Anna (« Ana ») est le prénom que les anorexiques donnent à leur double parfait mental, l’idéal qu’elles cherchent à atteindre qui les guide et les discipline. Il est donc étrange de retrouver un personnage portant ce prénom dans le film qui ne soit pas l’anorexique absolue.

Cependant, on voit que les scénaristes connaissaient leur sujet puisqu’Anna est justement la fille parfaite de la maison, celle qui se conduit tellement bien et remonte la pente de manière si claire qu’on se demande ce qu’elle fait encore là. Elle est d’ailleurs tellement « parfaite » selon les critères de la thérapie, qu’elle est presque tout le temps « en vadrouille » grâce aux points qu’elle amasse. C’est encore un élément étrange que l’on devrait prendre pour une coïncidence.

Anna a l’occasion d’aller au cinéma, elle va voir Shawn of the Dead et Bienvenu à Zombieland, deux films de zombis. Vous savez, ces films qui tournent autour d’humains mangeant des humains. Bizarre pour une fille qui ne veut rien manger non ? Ho mais… attendez…

Anna a l’occasion d’aller au cinéma, elle va voir Shawn of the Dead et Bienvenu à Zombieland, deux films de zombis. Vous savez, ces films qui tournent autour d’humains mangeant des humains. Bizarre pour une fille qui ne veut rien manger non ? Ho mais… attendez…

Elle propose à Ellen de lui porter sa valise parce que « ça lui fait des points. » Quelques minutes plus tard alors que Luke fait la visite de la maison à Ellen, elle l’interrompt et lui demande ce que c’est que cette histoire de points et de niveaux. La jeune femme est intéressée par l’organisation compétitive basée sur des corvées, des objectifs et des récompenses de la thérapie.

A noter, Ellen coupe Luke au moment où il commence à parler de lui. Cela d’une manière parfaitement vexante, impolie mais surtout volontaire et assumée.

"Mes parents s'en foutent carrément que j'existe." Encore une coïncidence qui me donne le sentiment que Luke est là pour soigner Ellen.

"Mes parents s'en foutent carrément que j'existe." Encore une coïncidence qui me donne le sentiment que Luke est là pour soigner Ellen.

Même si la dynamique destructrice de l’anorexique est présente depuis le début du film, c’est dans la collocation que les choses deviennent suffisamment simples, je dirais « équationnelles, » pour que l’on puisse observer la malveillance d’Ellen dans toute sa mesure.

Comme je le disais plus haut « La voie de la guérison pour Ellen n’est pas qu’on lui fasse passer de bons moments, la voie de la guérison pour elle c’est de voir des gens perdre tout ce qui compte pour eux et néanmoins continuer à se battre, continuer à vivre. [A cause de cela] l’anorexique glisse facilement vers une cruauté et un sadisme impitoyable. »

Lorsqu’elle voit toutes ces personnes tant motivées à remonter la pente et à se battre pour vivre une belle vie, Ellen les trouve ridicule et naïf. Elle se trouve infiniment supérieure à eux parce qu’elle a abandonné l’idée que quelque chose rendait la vie digne d’être vécue.

Elle va adapter la logique anorexique à la thérapie du Dr. Beckham c’est-à-dire qu’elle va lui prouver que sa méthode ne fonctionne pas mais cela d’une manière bien précise, « corporelle », non linguistique, et surtout vicieuse. Si elle voulait vraiment s’en sortir elle lui ferait des reproches  désespérés : « C’est de la merde votre méthode, j’avance pas. J’y arrive pas. (elle se met à pleurer) ». Elle pourrait assumer sa position, mais son but n’est pas d’être, au contraire, elle veut véhiculer son point de vue en le construisant comme une réalité qui s’impose aux autres.

Et son point de vue c’est : « Rien ne vaut la peine d’être entrepris. » Très spontanément, Ellen veut confronter les gens au fait que l’existence est insensé. Je tiens vraiment à appuyer sur l’aspect « corporel » parce qu’il me fascine. Elle ne dira pas « tout est nul, la danse c’est nul, les poneys c’est nul, avoir un bébé c’est nul, vos objectifs sont débiles », elle va inscrire dans leur corps l’échec de leurs entreprises existentielles. Concrètement, elle fait tout pour les pousser au suicide pour voir s’ils vont le faire ou non. Elle joue avec eux comme on regarde le combat d’une mouche tombée dans un verre d’eau ou prise dans une toile d’araignée, trouvera-t-elle la force ?

Comme Ellen n’a pas été réceptive lorsque Luke a parlé de parents qui s’en foutent de lui, il décide de se tourner vers le traumatisme de la carrière brisée.

Comme Ellen n’a pas été réceptive lorsque Luke a parlé de parents qui s’en foutent de lui, il décide de se tourner vers le traumatisme de la carrière brisée.

A côté de cela, il y a également une jalousie intense. L’anorexique se sent inférieure à toutes ces personnes qui osent vivre et elle se venge du fait qu’ils la confrontent à sa faiblesse. Elle va donc épouser les règles de la structure hiérarchique dans laquelle elle se trouve afin d’humilier tout le monde et leur ôter cette « prétention. » (Celle d’oser aimer la vie).

C’est pour cette raison que je déteste voir les anorexiques être applaudies pour leurs performances scolaires ou professionnelles car il n’y a aucun amour et aucune vie dans ce qu’elles font, elles le font uniquement pour au contraire montrer que la mort est plus performante. Une anorexique première de la classe l’est pour dire à tout le monde « vous voyez, votre joie, votre insouciance, votre envie de vivre n’a aucun sens. Elle vous rend inférieurs. » Et il ne faut surtout pas croire qu’on peut y ajouter « dans cette culture. » Il n’y a pas de rébellion idéologique, l’anorexique (de ce type) s’adaptera à n’importe qu’elle autorité du moment qu’elle est universelle à l’intérieur d’un microcosme. Ici, la loi du Dr. Beckham avec ses points et ses sorties. Il ne faut pas non plus croire que l’anorexique veut réellement se valoriser en étant première de la classe, non, non. Elle veut rabaisser tous les autres élèves, en les écrasant et en obtenant les félicitations des professeurs, mais elle tacle également ces professeurs en leur signifiant que leur enseignement qu’ils croient si indispensable et qu’elle suit à la lettre et à la perfection, ne lui enlève jamais ce désir de mourir. « Je suis exactement ce que vous attendez de moi alors pourquoi je ne suis pas heureuse ? Pourquoi je préfère toujours la mort à la vie ? »

Ainsi, dans la maison « frontière », Ellen va identifier très vite les motivations, objectifs et espoir de chacun et leur infliger à tous, exactement le pire.

(Tout comme les anorexiques sont souvent excellentes à l'école parce qu'elles identifient à la perfection ce qui est attendu d'elles et s'y soumettent sans réticence comme à Ana, et travaillent d'arrache pied. Cela devrait nous dire beaucoup sur notre système éducatif.)

Anna est la fille qui remonte la pente en étant la meilleure mais qui triche. Elle vomit dans un sac en cachette et revient en courant de ses excursions. Malgré tout, elle semble néanmoins s’en tirer relativement bien. L’idée d’être perçue comme la meilleure du groupe l’aide à s’en tirer (peut-ête même parce que comme Ellen, elle aime rabaisser les autres). Ellen finira par la dénoncer, dans des circonstances qui font passer la trahison pour une perte de sang-froid. Comment va se sentir Anna quand tout le monde va apprendre qu’en fait, tous ses points elle ne les méritait pas, toutes ces sorties, elle les a volé, toute cette attitude de fille qui s’en sort et qui donne de l’espoir, c’était une mascarade ? à 1h22min :

Ellen : Beckham raconte n’importe quoi. On le prend tous pour le grand manitou mais je vois personne aller mieux.

Pearl : Non, tu t’trompes.

Ellen : Ah ouais ? Megan est foutue. Anna a un coffre au trésor plein de vomis sous son lit. Toi, et tes putains de poneys à la con ! Et moi j’vais avoir droit au tube. Et il s’en tape complètement. »

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Voilà exactement l’instant qu’Ellen vise depuis le début, un magnifique mensonge  construit pierre par pierre qui dévalorise tout le monde et discrédite tous leurs efforts, détruits tous leurs espoirs. En vérité, au niveau de leur arc narratif, ils sont tous fichus.

Le constat de l’échec du groupe commence par la mort du bébé de Megan, métaphoriquement la perte de l’amour de la vie qui porte le groupe, et se termine par la dénonciation d’Anna, incarnation de la capacité de s’en sortir.

Je parlais plus tôt de la manière difficilement perceptible dont Ellen ment… lorsqu’elle dénonce Anna, elle dit une vérité. Le mensonge porte sur le fait qu’elle ne fait pas exactement exprès de le dire alors qu’en réalité, elle le fait uniquement pour porter un coup à Pearl (et indirectement aux autres dont Anna), par pure malveillance.

Elle prétend aussi ne pas être convaincue par la méthode de Beckham « j’vois personne aller mieux. » Elle n’en croit pas un mot, elle sait très bien que les pensionnaires ont tous avancés dans leur lutte contre la maladie. Encore une fois, elle ment de manière difficilement perceptible. Elle ne fait que lancer une opinion infalsifiable uniquement pour l’effet que celle-ci va avoir sur Pearl.

Mais Pearl lui résiste, pauvre Pearl tu vas te faire démolir. Elle trouve le courage, malgré le drame récent, de répondre « non, tu te trompes. » Alors Ellen sort l’artillerie lourde, le passage que j’ai cité et qui équivaut à « Tu as de l’espoir Pearl ? Donne-moi une minute je vais t’en soigner. »

Pearl aime les poneys.

Pearl aime les poneys.

Autre mensonge qu’elle sait parfaitement en être un, Beckham qui s’en taperait complètement de leur sort. L’approche de Beckham n’est pas du tout inefficace et il sait ce qu’il fait.

Mais surtout, Ellen annonce qu’elle quitte la maison parce qu’elle ne veut pas être intubée à la fille qui a honte d’avoir été intubée mais dont le séjour dans la maison lui est fort agréable. Elle suggère à Pearl que cet endroit qui lui fait du bien la mène en réalité exactement à ce qu'elle veut éviter. C’est ignoble. Elle lui dit de fuir ce qui lui fait du bien.

Sans parler du « toi et tes putains de poneys. » La première phrase qu’elle lance à Pearl lorsqu’elles se rencontrent c’est « Ils sont cools tes poneys. » Elle veut donner le sentiment à sa colocataire fragile qu’elle est ridicule et que toute la bienveillance dont les autres font preuve n’est qu’un mensonge.

Ellen attaque les fondations de tout ce qui aide Pearl. Elle frappe là où ça fait mal et le plus fort qu’elle peut. Elle ne veut laisser que des cadavres derrière elle.

Autre indice de son hypocrisie. Elle se moque totalement d’être intubée. Elle se moque de mourir, pourquoi se soucierait-elle que son état s’aggrave ? Tout se passe exactement comme elle le veut.

Elle commence la destruction de Pearl dès son arrivée en la renseignant sur le nombre de calories présentes dans le liquide qu’on lui injecte dans l’estomac (24min24s). Ce coup bas est assez utile pour mon argumentation car il manque de subtilité. On a vu Ellen mentir à Beckham quelques scènes plus tôt, on sait qu’elle est capable de raconter des mensonges en faisant l’innocente et lorsqu’elle dit à cette fille anorexique intubée le nombre de calories qu’on lui impose comme si elle ne se doutait pas des conséquences catastrophiques que cela aurait sur elle le film nous offre une sacrée opportunité de comprendre que vraiment Ellen est sacrément mal intentionnée.

On l’a vu deviner les calories des aliments de son assiette, elle sait que les anorexiques sont terrorisées par les calories, elle l’est elle-même et malgré cela, alors qu’elle voit une fille dont l’état est tellement grave que l’on doit la nourrir de force, et que cette fille souligne que les médecins n’ont pas voulu la renseigner sur le nombre de calories qu’on lui injectait, Ellen lui annonce innocemment « mille cinq cent. » Elle sait parfaitement ce qu’elle fait et elle le fait pour que Pearl rechute.

  Petit regard en biais pour savourer l’impact de la nouvelle sur Pearl.
  Petit regard en biais pour savourer l’impact de la nouvelle sur Pearl.

Petit regard en biais pour savourer l’impact de la nouvelle sur Pearl.

Cible détruite.

Cible détruite.

Autre élément du même type en lien avec Pearl. On sait donc que cette dernière n’aime pas l’intubation (évidemment) et se trouve repoussante à cause de celle-ci, ou du moins en a honte. Que fait Ellen dans la même soirée ? Après avoir vu Luke consoler Pearl avec beaucoup de douceur et de tendresse ? (30m) Elle la dessine AVEC son tube. Heureusement Beckham apparait et voit le dessin ce qui sabotte l’entreprise. Elle ne le montrera pas à Pearl. Il faut tout de même se rappeler qu’une des fans d’Ellen s’est suicidée à cause d’un des dessins qu’elle a posté sur instagram. Dessiner Pearl avec son tube est un sérieux indice de complète indifférence aux conséquences catastrophiques de ses actes et surtout… de sa malveillance.

Ah oui, je sais, elle en parle immédiatement à Beckham "Je voulais pas que mes dessins provoquent ce qu'ils ont provoqués." Pourquoi aborder la question en cet instant comme si elle voulait étouffer les soupçons ? Alors que le docteur ne l'accuserait jamais de rien et n'aborderait jamais la question d'ailleurs.

Pearl va adorer cette représentation d'elle-même. Elle qui adore les trucs niais et colorés.

Pearl va adorer cette représentation d'elle-même. Elle qui adore les trucs niais et colorés.

Pearl n’est évidemment pas la seule à en prendre plein le citron. Ellen va marteler Luke jusqu’à ce qu’il la supplie d’épargner sa vie, ce à quoi elle répondra… Rien. Bye bye. Ciao. Tu peux te suicider, je m'en vais.

Sa relation avec Luke va passer par beaucoup de stades différents, et justement ces nombreux revirements me donnent encore le sentiment que le jeune homme travaille avec Beckham, qu’il fait partie de cette thérapie aux méthodes « radicales. » Il est bien trop parfaits à bien trop de niveaux différents.

Voici les différentes manières dont il signe son arrêt de mort auprès d’Ellen.

Déjà, il lui plait. S’il lui plait, il lui donne envie de vivre, envie de tenter quelque chose. Il la fait se sentir incapable de tout contrôler, il lui fait peur. Elle va le broyer comme un insecte.

Ensuite, il plait également aux autres filles de la maison et il est très gentil avec elles. Le séduire devient donc un objectif de choix pour toutes les humilier et surtout, pour inscrire en elles, une fois encore, que la mort est plus forte que la vie, que s’orienter vers la vie est une faiblesse. (Bras de fer présent également dans notre culture).

Ensuite, Luke semble parfaitement remonter la pente. Il mange dans des restaux, à table, est plein d’enthousiasme et d’humour. Il doit être arrêté. Sa faille ? Une blessure au genou. Il est danseur et avoue que c’est réellement quelque chose d’important pour lui, une passion intense. Ne jamais avouer une chose pareille. Objectif : lui péter le genou afin qu’il ne puisse plus jamais danser, on verra alors s’il ose encore faire des blagues et aimer la vie.

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Autre dynamique, il annonce plusieurs fois au début que Raymond Chandler est sa muse, puis Jonathan Gold, et blague sur le sujet. Jalousie immédiate, Ellen veut être sa muse. Elle y parviendra, au final, alors qu’il aimait la littérature et la nourriture, il va avouer qu’il vénère les dessins de célébration de la mort d’Ellen et tomber amoureux d'elle.

Autre dynamique, il est confiant dans son entreprise de séduction d’Ellen et parfaitement conscient du pouvoir réel qu’il a sur elle. Il mérite une bonne leçon. Il faut le pousser le plus loin possible (jusqu'à la déclaration d’amour ?) pour aussitôt lui claquer la porte en pleine figure au moment le plus douloureux. Ca ça devrait lui faire perdre sa confiance en lui insolente.

Lorsqu’elle rencontre Luke, Ellen se montre froide et hautaine alors que le jeune homme l’accueille avec gentillesse et humour. Susan annonce « Ellen est de Los Angeles », Luke répond « c’est très intéressant » (il prétend être fan de Raymond Chandler dont les livres se passent à Los Angeles), Ellen le rembarre d’un « non pas du tout » et n’a aucun problème à laisser le silence venir à bout de l’accueil que lui faisait Luke. Elle ne le quitte d’ailleurs pas du regard pour renforcer son malaise. La scène est amusante, elle n’en montre pas moins le sadisme d’Ellen.

"Wahou ! Il en tient une sacrée couche !"

"Wahou ! Il en tient une sacrée couche !"

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Plus tard, lors d’un repas durant lequel l’attention se tourne vers Megan qui est enceinte, Luke finit par interpeler Ellen : « Et la p’tite nouvelle, elle va comment ? » Elle pose ses couverts en réponse et déclare « J’ai fini de manger. » Il me semble qu’on appelle ça une agression passive. Elle ne dit rien, ne reproche rien mais Luke va évidemment se demander ce qu’il a fait de mal. Et qu’a-t-il fait de mal ? Il s’est intéressé à une autre fille. Mais ça n’est pas la conclusion qui sera tirée de l’incident, Pearl explique « Elle a eu sa première thérapie familiale aujourd’hui. » Et hop, Ellen retrouve son innocence. « Elle va pas bien la pauvre chérie, » alors qu’elle voulait simplement une excuse pour quitter la table et amener Luke à se sentir mal afin qu’il la suive comme il l’a fait avec Pearl. Comme avec le premier sale coup du film, Ellen met en place des éléments en amont, elle n’a aucunement l’intention de manger mais comme elle veut prétendre qu’on l’a coupée dans ses efforts, elle décortique son bout de poulet panné dans son assiette.

"Regardez-moi bien, c'est la seule fois où vous me verrez essayer de manger et ho ! Pas d'chance, quelqu'un va blesser mes petits sentiments et je vais m'interrompre dans mon initiative courageuse de manger un bout de poulet."

"Regardez-moi bien, c'est la seule fois où vous me verrez essayer de manger et ho ! Pas d'chance, quelqu'un va blesser mes petits sentiments et je vais m'interrompre dans mon initiative courageuse de manger un bout de poulet."

Dans la soirée Luke rejoint Ellen dans la cour où elle fume une cigarette assise sur une balançoire (Signe commun de frustration sexuelle dans les films). Il lui remonte les bretelles :

Luke : Je dirais que je mène ma barque dans la bonne direction. Désolé si ça t’fait peur. Mais certains arrivent à rentrer chez eux et à reprendre une vie normale, y compris les personnes qui ont des familles bien pourries. Mais vas-y continue de te servir de ton excuse à la con.

(En revoyant le dialogue complet je réalise que Luke admet qu’il est médecin au travers d’une réponse à double sens, le problème c’est que ça ne colle pas avec la fin, je ne parviendrai jamais à trancher)

Cette provocation qui semble mettre Ellen dos au mur, lui faire passer le cap de s’impliquer dans la thérapie, lui fait également décider de broyer ce mec qui ose la critiquer et la faire se remettre en question.

Ellen reçoit clairement l'attaque de Luke au niveau de son Ego. Elle est vexée comme une princesse à qui l'on refuse de porter ses valises. Elle trouve Luke arrogant et injuste.

Ellen reçoit clairement l'attaque de Luke au niveau de son Ego. Elle est vexée comme une princesse à qui l'on refuse de porter ses valises. Elle trouve Luke arrogant et injuste.

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3
Elle jette ensuite en elle un petit coup d'oeil introspectif et admet que Luke a raison. Il ne faut pas croire pour autant qu'elle va soudainement se jeter à l'eau et offrir sa chance à la vie. Quand une personne ment, dissimule ses peurs et ses faiblesses et prétend tout contrôler, être forte et sûre d’elle, la personne qui voit au travers de son jeu ne devient pas un ami mais un ennemi qu’elle veut contrôler, soumettre ou détruire.

Elle jette ensuite en elle un petit coup d'oeil introspectif et admet que Luke a raison. Il ne faut pas croire pour autant qu'elle va soudainement se jeter à l'eau et offrir sa chance à la vie. Quand une personne ment, dissimule ses peurs et ses faiblesses et prétend tout contrôler, être forte et sûre d’elle, la personne qui voit au travers de son jeu ne devient pas un ami mais un ennemi qu’elle veut contrôler, soumettre ou détruire.

Lorsqu’elle relève la tête, Ellen a décidé qu’il fallait agir contre Luke. Son initiative vers la vie ne serait pas de réapparaître aussitôt dans la chambre de Luke en mode séduction.

Lorsqu’elle relève la tête, Ellen a décidé qu’il fallait agir contre Luke. Son initiative vers la vie ne serait pas de réapparaître aussitôt dans la chambre de Luke en mode séduction.

Je mentirais si je disais que ses intentions sont purement malveillantes cependant, il y a en réalité une double motivation. Ellen se fait croire qu’elle fait tout uniquement pour broyer Luke alors qu’en réalité, elle veut réellement tenter quelque chose avec lui. Elle n’ose se lancer dans la vie qu’en se faisant croire que c’est autre chose qui la motive. Et au pire, si ça ne marche pas, elle referme le piège qu’elle construit sur le jeune homme.

Elle retourne donc le voir dans sa chambre en ayant changé de disque. Elle s‘intéresse un peu à lui, le complimente et lui demande comment il fait pour manger. S’ensuivent quelques scènes durant lesquelles Ellen prend quelques risques, admet quelques vérités et laisse tomber sa garde un poil.

Mais tout en donnant sa chance à la thérapie un minimum, elle ne perd pas de vue ses objectifs destructeurs. Elle va indiquer à Luke sa nourriture préférée, un gâteau au chocolat appelé « GooGoo. » Evidemment, il réapparait le lendemain avec le fameux gâteau en poche et compte bien le lui faire avaler. Il échoue. Ellen perd son sang-froid et le repousse violemment, cependant, elle s’empressera de camoufler son attitude par une remarque plus optimiste « Luke vient de me faire toucher du chocolat. »

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3
To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Vient ensuite l’invitation au restaurant qui représente une resplendissante victoire sur les filles de la collocation et sur la thérapie elle-même. Ellen qui n’a absolument pas de point, vu qu’elle ne mange rien, va pouvoir faire une sortie grâce à l’invitation de Luke. Oh, bien sûr elle le soulignera elle-même : « Non, tu devrais inviter quelqu’un qui mâche et qui avale » mais c’est justement là l’astuce. En obtenant ce privilège, elle obtient exactement ce que l’anorexique veut : tout détruire. Si Ellen a le droit de sortir, alors les points de la thérapie n’ont aucun sens. Si ça ne sont pas ceux qui mangent qui jouissent de libertés alors plus rien n’a de sens. Et bien sûr bien sûr, elle est la première à le dire parce qu’il ne faut surtout pas que cela se voit que c’est exactement le sentiment qu’elle veut donner à tous.

Pire, Luke obtient son accord explicitement lorsqu’il dit qu’ils y vont à pied. Ellen est parvenue à tout inverser en deux conversations faussement optimistes. C’était normalement ceux qui mangent qui avaient le droit de sortir, pour vivre et profiter de l’existence, Ellen parvient à faire que c’est la plus réfractaire qui est récompensée et sort clairement pour faire de l’exercice et perdre la graisse qu’elle n’a pas.

Bonus sadique, elle ose même forcer Luke à marcher vite malgré son genou abîmé alors que c’est grâce à lui qu’elle peut sortir. Je rappelle que la fin de l’histoire pour Luke c’est genou foutu, béquille, perte de tout espoir de jamais danser à nouveau.

Un parallèle est fait entre la balade avec la soeur du début et la sortie avec Luke.
Un parallèle est fait entre la balade avec la soeur du début et la sortie avec Luke.

Un parallèle est fait entre la balade avec la soeur du début et la sortie avec Luke.

Luke, qui a compris comment s’y prendre, commande une bière et comme ils n'ont pas l'âge légal, prétend qu’Ellen a un cancer afin d’amener la serveuse à leurs rendre ce service par compasion. Cette approche met Ellen dans une position qu’elle adore : Elle peut faire mettre la clef sous la porte au restaurant si elle le désire, grâce à sa maigreur. C’est la meilleure approche de flirte que Luke aurait pu trouver.

Les retombées sur le groupe ne se font pas attendre. Tracy est écœurée par l’injustice. Ellen porte des lunettes de soleil en mode « Je suis la star, allez toutes vous faire foutre. » La psy annonce une sortie avec le docteur Beckham, cette sortie donnera fortement le sentiment d’avoir été organisée autour d’Ellen ( Ils vont voir une "œuvre d’art.").

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3
To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Pourtant, l’ouverture d’Ellen porte ses fruits. Elle mange un « Googoo », le bébé de Megan est nommé, tout le monde fait la fête. Le film offre trois minutes durant lesquelles Ellen semble réellement plus optimiste et honnête.

Elle rigole, elle blague, elle laisse Luke lui prendre la main, lui parler de sexe, l’embrasser, la câliner jusqu’à ce que Ho non ! Il prononce l’imprononçable « J’crois qu’je suis en train de tomber amoureux de toi » et hop, tout s’effondre et nous retombons exactement dans la structure de la manipulation anorexique.

C’est-à-dire qu’Ellen le repousse et lui dit qu’elle est désolée, dans le genre « Je suis désolée parce que je n’ai pas de sentiments pour toi alors je vais te faire souffrir. »

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Elle lui met un « vent » mais prétend qu’elle n’a rien fait pour en arriver là, que ça n’est absolument pas ce qu’elle cherchait. Elle lui suggère qu’il se fait des films, qu’il s’imagine des choses. C’est une vengeance cruelle et sadique contre le jeune homme qui a osé l’attirer et être confiant. Immédiatement, pour dissimuler la manipulation, elle sort une excuse bien lourde émotionnellement et raconte l’histoire de la fille qui s’est suicidée à cause de ses dessins sur instagram et conclut quelque chose qui n’a rien à voir sur le fait que l’amour n’existe pas.

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

C’est l’incohérence de ses propos et leur gravité qui pointent à la manipulation. Ce qu’elle dit n’a aucun sens, mais c’est bien trop triste pour que quelqu’un lui oppose quoi que ce soit.

Et d’ailleurs, j’ai tort puisque Luke ose lui dire qu’elle se trompe sur toute la ligne. Réponse d’Ellen : « C’est bon, j’arrête là. »

Elle a obtenu ce qu’elle voulait, elle a atteint son but, hélas Luke ne semble pas complètement détruit. Tant pis, elle met fin à son expérience même si ce qu'il dit devrait au contraire lui faire. 

 

Cette même nuit, alors qu’Ellen fait une rechute d’abdominaux (ce qui prouve qu’elle avait un peu remonté la pente), elle entend un hurlement. Megan vient de perdre son bébé.

Ellen ose à peine regarder de peur que ça se voit qu'elle se délecte du spectacle. Je sais je sais, je suis dur avec elle mais je tenais surtout à soulever la possibilité ici. Ellen ose à peine regarder de peur que ça se voit qu'elle se délecte du spectacle. Je sais je sais, je suis dur avec elle mais je tenais surtout à soulever la possibilité ici.

Ellen ose à peine regarder de peur que ça se voit qu'elle se délecte du spectacle. Je sais je sais, je suis dur avec elle mais je tenais surtout à soulever la possibilité ici.

"Ce bébé serait jamais arrivé à terme."

"Ce bébé serait jamais arrivé à terme."

Quelle coïncidence que le drame ait lieu le même soir que la fête qu’ils avaient tous annoncé bien à l’avance, et que ce même soir Ellen a asséné sa meilleure attaque à Luke. Pourquoi cette co-incidence des événements ? Je ne serais pas étonné qu’Ellen soit responsable de la perte du bébé à coup de bouillon de culture subtilement servit à Megan. Le monde de l’anorexique est plein de médicaments, on sait d’ailleurs qu’Ellen a accès à des laxatifs en secret (même si je ne pense pas que de simples laxatifs en dose élevée puissent provoquer une fausse-couche).

Mais à un niveau plus symbolique, il y a le fait que Luke est l’homme de la maison et qu’il a déclaré sa flamme à Ellen ce soir-là. Cela représente une sorte d’échec pour toutes ces filles, de la même manière que lorsqu’il a permis à la plus maigre d’aller au restaurant, il a déclaré son amour à celle qui n’avait pas de chair plutôt qu’à celle qui attendait un enfant. Je pense que Megan perd son bébé parce qu’elle perd le courage d’aller à terme à cause de ce qu’il se passe entre Luke et Ellen. Lorsque Luke offre un GooGoo à Ellen, qu’il associe explicitement à un jeu sexuel et qu’elles acceptent toutes en tant que tel, Megan se jette sur le papier pour le renifler après coup.

Ellen est donc parvenue à avoir tout le monde. Pearl, Luke, Megan, Anna, la petite Tracy en lui faisant perdre confiance en la thérapie et Kendra la boulimique simplement en continuant de s’affamer.

Au-delà des colocataires il y a Beckham à qui elle prouve que sa méthode thérapeutique est catastrophique, lui qui lui a dit qu’il n’avait pas de famille justement parce que son travail passait avant tout. Elle le pousse même jusque dans les derniers retranchements du désespoir puisqu’il en vient à lui demander de « se prendre un peu en main. » Lui mettre cette phrase dans la bouche, c’est comme lui faire admettre que son diplôme de psychiatre n’a aucune valeur, qu’il n’est pas plus compétent que le premier poivrot dégotté au hasard d’un bar.

Et avant eux, Kelly sa demi-sœur qui n’a plus de vie et Susan incarnation de l’amour et qui a bien assimilé qu’elle ne sert à rien.

Humour, après avoir détruit tout le monde, face à sa mère Judy, soudainement, Ellen les défend tous. Pourquoi ? Parce qu’elle a changé de cible, elle peut retourner sa veste.

Nouvel élément qui donne le sentiment que tout ce qui se passe est contrôlé par le thérapeute: Judy a soudainement une bonne idée. Elle offre à Ellen de lui donner le biberon, de la nourrir en tant que mère parce qu’elle pense qu’elle n’a pas su lui apporter la chaleur nécessaire lorsqu’Ellen était encore bébé. Elle trouve également des mots particulièrement incroyablement justes :

- Ellen mon bébé, mon… j’aimerais juste que tu saches que j’l’accepterai si… si c’est vraiment c’que tu veux j’l’accepte maintenant. Je l’accepte mais… je t’aime ma chérie… mais je ne me battrai plus contre toi.

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

De tout ce qui arrive de positif à Ellen durant tout le film, c’est cette déclaration de sa mère qui m’a semblé la plus apte à changer les choses.

Je pense qu’Ellen hait sa mère pour des raisons parfaitement compréhensibles et que son anorexie est une rébellion autodestructrice contre celle-ci. Elle ne veut rien devoir à cette terrible égoïste, comme la décrit Susan au début du film. Ellen rejette donc sa propre chair, sa vie, pour dévaloriser ce que sa mère lui a donné.

Par conséquent, lorsque Judy affirme qu’elle ne tentera plus de l’empêcher de se suicider, elle libère Ellen de son besoin de le faire. Sa vie lui appartient à elle seule, sa mère a renoncé à protéger son enfant, par conséquent si Ellen est en vie, c’est à elle seule qu’elle le doit à partir de cet instant.

On peut noter que cela signifie que le père d’Ellen, qui est toujours absent, a en réalité le comportement approprié. Il n’interfère pas. Ellen fait ce qu’elle veut de sa vie même si cela lui est insupportable.

To The Bone: L'Anorexique Malveillante Partie 3

Ellen va s’isoler dans la montagne, passe la nuit dehors et prend donc le risque de mourir. Il faut bien comprendre que si elle mourrait en cet instant, sa mort serait le dernier majeur tendu à toutes les personnes qui ont tenté de l’aider. Un suicide est moins violent que ce qu’Ellen approche d’infliger à ses proches car sa mort prend le sens d’un mépris total pour la vie. C’est un jugement porté sur tout ce qu’on lui a donné. Un suicide est perpétré à cause d’une douleur, d’une détresse, d’une honte ou d’une culpabilité gigantesque. Ellen met en scène une mort qui a pour signification le fait qu’elle préfère être morte que vivante parce que la vie n’a rien à offrir. Et si la vie n’a rien à offrir, cela signifie également que tous ceux qui tiennent à elle n’ont aucune importance et aucun intérêt à ses yeux. Encore une fois, il faut se rappeler qu’elle mange quand elle veut, qu’elle arrête la marche et les exercices quand elle veut.

Ainsi, même si je pense que le film pointe du doigt Judy comme étant la cause des troubles d’Ellen, un nombre incalculable d’autres pistes sont explorées et soignées. Luke par exemple, demandera même à Ellen si elle a subit des attouchements. Les troubles anorexiques peuvent avoir beaucoup de causes différentes.

 

En attendant, la personnalité d’Ellen je la reconnais bien et si je voulais vraiment pointer du doigt à quel point elle est dangereuse c’est que depuis que je suis môme, je n’ai entendu que des compliments, de la compassion et des appels à la gentillesse envers les anorexiques** et que j’aurais bien aimé que les gens voient plus loin que leur besoin complaisant de se croire les gentils sensibles bienveillants, plus loin que leur besoin de vertue ostentatoire, et qu’ils réalisent que tout le monde n’a qu’une seule vie et que quand une anorexique détruit quelqu’un, ce n’est pas elle la victime.

La fille qui se suicide à cause des dessins d’Ellen sur tumblr, ce n'est pas un accident. Elle ne se laisse pas mourir de faim, elle se taille les veines.

 

**Si j’avais déjà entendu des mises en gardes je n’aurais pas écrit cet article.

Commenter cet article