Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Basic Instinct: Catherine Tramell Perverse Manipulatrice. Partie 16. (1300 mots)

Publié le par Kevin

Basic Instinct: Catherine Tramell Perverse Manipulatrice. Partie 16. (1300 mots)

------------------------La Fin------------------------

 

Nous arrivons à la scène finale durant laquelle le film s’amuse à nous faire croire que Catherine va dégainer son pic à glace et trucider notre petit Nick.

Mais elle ne le fait pas. La scène a prévu une petite dynamique, c’est-à-dire que Catherine renonce d'abord à le tuer pendant l’acte, mais ça on le sait, il l’a séduite, elle est amoureuse. Elle considère ensuite de le faire lorsqu’il parle d'avoir des enfants, parce que cela la panique. Une fois qu’elle commence à se croire acceptable en tant qu'individu, la peur de son impact sur les autres va commencer à apparaître.

Mais Nick renonce aux enfants en une seconde et Catherine renonce au pic à glace. Cependant, le film nous le confirme bien, le pic à glace était sous le lit prêt à être utilisé.

Basic Instinct: Catherine Tramell Perverse Manipulatrice. Partie 16. (1300 mots)

Lors de premiers visionnages, on percevra la présence de l'objet comme la confirmation paradoxale de la culpabilité de Tramell. Le film nous a persuadé que Beth était la coupable et finalement revient sur Tramell. On ne sait plus quoi penser. Et c’est le but, le pervers narcissique introduit une confusion qui fait que même une fois qu’on a la preuve sous les yeux, on ne sait pas quoi penser.

Cependant, si l’on est déjà convaincu de la culpabilité de la gente dame et que l’on sait que l’on a affaire à une folle manipulatrice, ce dernier plan prend un autre sens.

Déjà, le couple Nick/Catherine n’a aucune chance de durer. Il n’y a aucun avenir derrière cette dernière scène de sexe. Si Catherine tente de s’investir réellement dans la relation, si elle devient plus honnête et plus naturelle, elle trahira alors à quel point elle était fausse et manipulatrice avant. Chaque pas qu’elle peut faire vers la « guérison » est un pas vers les aveux ou la découverte de la vérité inacceptable. Catherine est condamnée à faire le yo-yo comme tous ceux qui mentent pour séduire et se retrouvent ensuite dans un couple basé sur une illusion.

Aussi, comme on le voit dans le film, une fois sa persona froide et perverse abandonnée, c’est juste une ados lambda. Ce qui plaît à Nick chez elle (s'il y a quelque chose), appartient à la dimension factice de sa personnalité. Beth était bien plus mature et courageuse que Catherine et Nick ne pourra que le remarquer.

Bref, tout ça est condamné à se ramasser.

Mais même sans utiliser ces notions extérieures au film, la construction des personnages contient la chute de Catherine.

Comme je l’ai dit pour l’épisode durant lequel il la suit, les pervers narcissiques sont naïfs quant à la capacité des gens à comprendre à posteriori. Une fois la victoire remportée, ils oublient qu’ils ont triché et que la manipulation pourrait ressurgir et leur faire du tort, ou ils s'imaginent qu'ils esquiveront les problèmes de la même manière qu'ils l'ont déjà fait, ce qui n'est pas nécessairement faux.

Or Nick, quant à lui, est développé comme quelqu’un qui tombe facilement dans le panneau mais qui réfléchit beaucoup, vérifie énormément d’informations, comprend en décalage, accepte la vérité et agit en fonction de celle-ci avec brutalité.

Le pic à glace sous le lit, c’est une preuve évidemment. Mais c’est surtout une preuve qui traîne, au sens littéral et métaphorique.

Basic Instinct: Catherine Tramell Perverse Manipulatrice. Partie 16. (1300 mots)

Nick a tous les éléments pour accéder à la vérité et chaque jour qui passera risquera de lui faire réaliser la culpabilité de Catherine. Une simple comédie romantique dans laquelle une fille met en place des manipulations pour éloigner un homme qu’elle convoite de la fille qu’il aime.

Il pourra repenser à la porte forcée de l’appartement de Beth, à son répondeur effacé.

Aussi, Beth et Gus lui laissent tous les deux un poids. Les derniers mots de Beth sont « je t’aimais. » Cette phrase contient son innocence obligatoire. Elle n’aurait pas tué Gus par exemple. Inexorablement, la certitude de son innocence s'imposera à Nick. Quant à Gus, il est l’innocence, le désir de vivre. L'ami de Nick est adorable et notre flic ne pourra pas accepter sa mort non vengée.

Basic Instinct s’arrête à l’instant de la victoire totale de Catherine Tramell. Mais sa chute viendra presque obligatoirement.

Et si l’on imagine la suite en acceptant la dimension très directe du film, c’est bien simple, cette idiote va laisser le pic à glace là où il est pour aller prendre une douche, Nick va le trouver, comprendre et la trucider.

Il ne sera pas question d’arrestation, d’explication etc etc, le film met exactement en place que Nick perd son sang froid et que Tramell instaure une relation du type « je te punis ou tu me punis. » Nick n’est plus flic, et l’affaire est classée donc il ne pourra pas faire juger Catherine pour ses crimes de toute façon.

Tous les éléments mis en place construisent cette conclusion en creux.

Tramell la manipulatrice infaillible ne commettra qu’une seule véritable erreur. Et la fin de son livre sera l’inverse de la réalité et j'espère que la cohérence de cela est visible.

Tous les éléments symboliques sont en place pour cette inversion finale. Peut-être même Nick lui lancera-t-il : « On n'est pas dans un de tes romans ! » avant de la barder de coup de pic à glace. Elle traite le réel comme une fiction, il va la rattraper.

Voici le pattern qu'on retrouve beaucoup de fois dans le film:

Nick s'inflige les délires morbides de Catherine, dont les détails sur l'écriture de son roman.

Nick s'inflige les délires morbides de Catherine, dont les détails sur l'écriture de son roman.

Il la laisse se faire croire qu'il y a quelque chose entre eux, qu'elle l'épate à croire qu'elle est tellement maline, tellement irresistible et à sortir des réflexions idiotes basées sur la croyance qu'il aime tuer. "La meurtre c'est pas comme la cigarette Nick, on ne peut pas arrêter."

Il la laisse se faire croire qu'il y a quelque chose entre eux, qu'elle l'épate à croire qu'elle est tellement maline, tellement irresistible et à sortir des réflexions idiotes basées sur la croyance qu'il aime tuer. "La meurtre c'est pas comme la cigarette Nick, on ne peut pas arrêter."

Il va jusqu'à payer de son corps pour maintenir l'illusion.

Il va jusqu'à payer de son corps pour maintenir l'illusion.

Et son petit jeu fonctionne, Catherine perd les pédales. Lui faire se toucher les cheveux toute enthousiaste montre qu'elle croit réellement à sa relation avec Nick. Elle se sent belle et pas uniquement physiquement.

Et son petit jeu fonctionne, Catherine perd les pédales. Lui faire se toucher les cheveux toute enthousiaste montre qu'elle croit réellement à sa relation avec Nick. Elle se sent belle et pas uniquement physiquement.

Elle tourne le dos et immédiatement Nick lui fonce dessus tel un prédateur. Le plan ne filme aucun changement d'expression; il ne se souvient pas qu'il devait lui demander quelque chose, il est exactement dans le même état d'esprit que dans les cinqs captures précédentes.

Elle tourne le dos et immédiatement Nick lui fonce dessus tel un prédateur. Le plan ne filme aucun changement d'expression; il ne se souvient pas qu'il devait lui demander quelque chose, il est exactement dans le même état d'esprit que dans les cinqs captures précédentes.

Il l'empêche brutalement de monter dans la voiture et la questionne avec agressivité sur un élément de l'enquête. Non seulement il montre que l'enquête est sa priorité mais en plus il trahit le fait qu'il n'est sensible à rien de ce qu'il vient de se passer. Elle le laisse de glace. C'est ainsi que l'histoire prendra fin. Sauf qu'il la rattrapera avec un pic à glace à la main.

Il l'empêche brutalement de monter dans la voiture et la questionne avec agressivité sur un élément de l'enquête. Non seulement il montre que l'enquête est sa priorité mais en plus il trahit le fait qu'il n'est sensible à rien de ce qu'il vient de se passer. Elle le laisse de glace. C'est ainsi que l'histoire prendra fin. Sauf qu'il la rattrapera avec un pic à glace à la main.

L'existence de Basic Instinct 2 me contredit évidemment, mais à la fin du premier, Catherine n'a aucune chance d'échapper au retour de bâton de ses crimes. La version officielle des événements est trop ridicule. Nick a vraiment de quoi faire avec le nombre d'éléments incohérents.

Entre autres, Beth est censée être la coupable ? Ses derniers mots sont "I love you." Nick lui tire dessus parce qu'il pense qu'elle braque une arme vers lui. Trois secondes après l'horrible accident, il sait déjà que ça n'était pas elle la coupable, d'instinct.

Ajout octobre 2023: Gus et Beth forment une étrange image parentale ici. Nick aurait tué ses parents ?

Ajout octobre 2023: Gus et Beth forment une étrange image parentale ici. Nick aurait tué ses parents ?

Au-delà de tous les éléments développés jusqu'ici, l'arc narratif de Nick indique la même chose. Nick est accros à son boulot. Il a une addiction: l'enquête.

Si je pense qu'il ment peut-être à Gus et Beth, c'est parce qu'il est tellement obsédé par l'idée de résoudre l'enquête et qu'il les considère comme des obstacles. Il est indispensable que Catherine Tramell pense qu'elle a gagné, alors il leur ment. Il va trop loin mais je rappelle qu'elle l'a convaincu de son omniscience. Il ne sait plus vraiment à qui il peut faire confiance, s'il veut la duper, il doit duper tout le monde. Mais je ne suis pas exactement certain de son degré de crédulité.

Ce qui importe dans cet arc narratif, c'est que Nick va enfin constater qu'il y avait plus important que l'enquête, que la loi, que de coffrer "les méchants." Il a perdu sa femme et tué deux innocents à cause de cette obsession. Et il recommence. Gus et Beth meurent à cause de cette addiction.

Mais là, lors de la conclusion de son arc narratif, il ne résoudra pas l'enquête en policier. Il va tuer Catherine parce qu'elle en a fait une affaire personnelle. Elle a prouvé que la police ne peut rien contre elle.

Nick a ce superpouvoir incroyable qui fait que lorsqu'on le laisse un peu dans son coin, il réfléchit et il comprend des choses.

Nick a ce superpouvoir incroyable qui fait que lorsqu'on le laisse un peu dans son coin, il réfléchit et il comprend des choses.

--------------------------------

 

J’en viens à une autre dimension de Tramell. À 1h01m, on entend parler de la mort des parents de Catherine qu’elle a très probablement assassinés. Les insécurités du personnage portent à croire qu’elle n’a pas de dysfonctionnement physiologique du cerveau, elle a été traumatisée par quelque chose.

Voici une hypothèse :

Catherine a espionné ses parents en train de coucher ensemble, pas une fois mais de nombreuses fois lorsqu'elle était enfant.

On verrait des traces de ça dans le miroir placé au-dessus du lit, cette intrusion de l’image dans l’acte, du regard extérieur. Regard extérieur que Catherine recherche également puisqu’elle demande à Roxy de la regarder.

Elle a été traumatisé par cette vision, les enfants exposé à ce spectacle croient souvent que le père fait du mal à la mère. La pénétration transformée en acte brutal : pic à glace.

Cependant, ce traumatisme ne suffit pas à expliquer la tournure des événements. Je pense donc qu’un jour Catherine s’est cachée sous le lit, comme le pic à glace à la fin. L’intention vengeresse dissimulée devient une petit fille sous un lit.

Son attitude impudique, froide, cette manière de se mettre à disposition sexuellement indique également qu’elle a été abusée sexuellement très jeune.

Je pourrais donc dire qu’après l’acte, son père l’a découverte sous le lit, une fois la mère partie, et qu’il a abusé d’elle. Mais instinctivement, ça ne correspond pas. Par exemple avec la présence d’une femme perverse qui gravite autour de Catherine tout au long du film et semble la commander. Je pense que Catherine s’est cachée sous le lit, a été découverte et que ses parents l’ont faite participer à l’acte avec l’accord et les encouragements actifs de sa mère.

Catherine a fini par les assassiner tous les deux pour mettre fin à l’horreur. Horreur qu’elle a refoulé, oublié. Elle s’est tournée vers la psychologie pour se comprendre elle-même, et est tombée amoureuse de Beth, incarnation de la pureté, de l’innocence et de la virginité.

Tout ça pour dire qu'à un niveau profond, Tramell cherche à se faire tuer par le pic à glace. C’est un phénomène étrange qui fait que lorsqu’on est victime d’un abus complexe qui aliène notre perception, on va chercher à le reproduire d’une manière qui simplifie les choses et peut-être qui nous innocente.

Catherine a été curieuse, Catherine a physiquement aimé ce qu’il se passait avec ses parents, d’où le fait qu’elle garde du sexe une perception très physique car la dimension psychologique était un cauchemar et elle cherche donc spontanément à se déculpabiliser en se recréant la victime totale de l’événement (ce qu’elle est) : Elle a été tuée d'un coup d'objet pointu par une personne qu’elle aimait de toute son âme. C'est ce qu'elle va reproduire avec Nick.

Enfin ! C’est fini ! Je vais pouvoir revenir à une vie normale.

----------------------------------------------

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

Partie 5

Partie 6

Partie 7

Partie 8

Partie 9

Partie 10

Partie 11

Partie 12

Partie 13

Partie 14

Partie 15

Partie 16